Le monument du Capitaine Charles Ntchoréré violé par des compatriotes anonymes. I24GABON© 2019

Comment est-il possible que bon nombre de nos compatriotes n’appréhendent pas le moins du monde les faits lamentables qui dénaturent de plus en plus la structure de la société gabonaise?

Comment est-il possible que cette catégorie de citoyens ne ressente pas le moins du monde l’ambiance délétère qui enveloppe les rapports humains entre Gabonais de différentes couches sociales? Nous assistons manifestement à la déroute de l’intelligence et à l’effondrement du bon sens. La joute incivique récente des compatriotes commémorant la date du 31 août 2016 contre le monument du capitaine Ntchoréré, est significative à cette égard.

Dans les rangs des anciens combattants ce dimanche 1er septembre, la désolation et déception n’ont pas manqué de s’afficher sur le visage. La famille du Capitaine Charles Ntchoréré est restée très surprise et touchée par cet acte qu’ils qualifient d’antipatriotique.

Ces derniers ont découvert l’acte des compatriotes anonymes qui, d’un coup de marqueur rouge, ont griffonné le monument dédié à cet illustre héros gabonais de la Deuxième Guerre mondiale. Sur le mur blanc, s’étire dans un minimalisme solennel : «Résistance. 31/08/2016. Martyrs 31/08/16. On passe, on serre, on ne lâche Rien».

«Nous voulons rappeler aux vendeurs d’illusions de tout bord, de trouver une autre cours de récréation pour exprimer leurs rêves démoniaques», averti Marcel Robert Ntchoréré.

Comment est-il possible que cette catégorie de citoyens ne ressente pas le moins du monde l’ambiance délétère qui enveloppe notre Patrie?

Si c’est par des acte d’incivisme notoire qu’il faut honorer les événements du 31 août 2016, alors, aucun intérêt ne sera donc accordé aux valeurs fondamentales de la Patrie, aucune vision patriotique, aucune honnêteté intellectuelle, aucun sens de l’abnégation, aucun panache et finalement aucun réel courage.

Face à cette déception nationale, plusieurs personnalités ont exprimé leur indignation. «C’est vraiment triste et indigne. Ntchoréré a été un homme digne donc de la lumière et non un bandit agissant dans l’ombre de la nuit où tout lâche peut agir en toute impunité. En tout cas le capitaine Ntchoréré demeure un héros et pour le Gabon immortel, pour le reste du monde dont la France pour laquelle il est allé jusqu’au bout, jusqu’au sacrifice de sa propre vie. Honte éternelle à ces profanateurs qu’on ne saurait qualifier», a déclaré André Dieudonné Berre.

« Alors, citoyens, citoyennes, êtes-vous encore de vrais Gabonais, ou bien tenez-vous à rester des irresponsables avachis, sans consistance et sans dignité? » ajoute-t-il.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici