Le président du Syndicat National de la Culture et des Arts (SYNACA), a tenu un point de presse ce 29 mai au palais des sports qui avait pour but, d’annoncer à l’opinion nationale et internationale la naissance d’une nouvelle centrale syndicale dénommée Confédération des Partenaires Sociaux du Gabon (CPSG).


C’est face à la presse nationale et internationale que Christian Mermance N’nang Nsome a procédé officiellement à présenter la CPSG, une composition de sept syndicats débouchant des différents secteurs. Cette nouvelle structure unitaire reçoit en outre le renfort d’une kyrielle des syndicats amis.

« A la nécessité de s’unir pour peser davantage s’ajoute la remise en question des méthodes des syndicats face à la démocratie. Le premier objectif de la CPSG est de lutter pour la défense et le respect des droits syndicaux, en mettant à l’index les syndicats qui répriment les pratiques revendicatives. Le problème est particulièrement criant dans le paysage syndical gabonais où les syndicalistes sont régulièrement foulés aux pieds et dans certains la plus part des cas, les syndicats indépendants du pouvoir ne sont pas tolérés », s’est insurgé Christian Mermance N’nang Nsome.

Les rapports entre le gouvernement et les partenaires sociaux sont le plus souvent complexe compte tenu de la mission des uns et des autres, c’est pourquoi il était nécessaire pour l’intérêt de ces derniers, de se parler en ce qui concerne les secteurs des syndicats publiques, parapubliques et privés : « nous attelons à remplir notre devoir qui est de défendre les intérêts des travailleurs que nous sommes c’est dans cette optique que les syndicats automnes qui ont participé à cet évènement ont décidé de mutualiser leurs intelligences, énergie ainsi que leurs expériences dans le cadre de la création de cette pate forme », a ajouté le président de la CPSG.

Cette nouvelle structure unitaire veut également diversifier ses terrains de lutte. Elle devrait notamment lancer des campagnes sur l’environnement, le développement durable mais aussi les droits de l’homme.

Philippe Nzamba

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici