Arrivé à la tête de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais (UJPDG) en Décembre 2017 à la faveur du dernier congrès avancé du Parti au Pouvoir, des voix commencent à s’élever pour remettre en cause la capacité du premier responsable de la jeunesse du PDG à impulser une véritable dynamique au sein de l’organe dont il a la charge. Pour certains, huit mois après sa prise de fonction, « il ne fait plus l’ombre d’aucun doute que ce costume est bien trop grand pour lui ».

« Les responsables du PDG doivent regretter le dévolu porté sur l’actuel Secrétaire Général Adjoint en charge de la jeunesse », lance un membre du bureau national de l’UJPDG pourtant proche du concerné. Huit mois après son arrivée, celui que l’on surnomment désormais « le laveur de voiture » pour faire référence à son projet « carwash » ne fait plus l’unanimité au moment où le Parti du Chef de l’État a besoin de se Revitaliser et se Régénérer après une élection présidentielle controversée et à l’approche des élections législatives et locales qui n’augurent guère un meilleur lendemain.

Pour un cadre du Parti Démocratique Gabonais manifestement exaspéré: « Depuis que ce type est là ça va dans tous les sens. Il n’a aucune vision encore moins aucune stratégie pour booster la jeunesse du Parti. Aucune politique pour susciter de nouvelles adhésions alors que c’est ce dont nous avons le plus besoin actuellement ».

Un autre membre, cette fois de l’UJPDG lance: « A part son projet carwash avec sa station de lavage de véhicules à Makokou,une poignée de causeries et de sorties insensées, rien de sérieux n’a encore été accompli depuis qu’il (Marius Assoumou Ndong) est là. Marius est beaucoup plus concentré sur sa candidature aux prochaines élections législatives dans sa ville d’Oyem. Oubliant les missions pour lesquelles il a été mis là (UJPDG). Si on m’avait dit que le travail de l’UJPDG consistait à laver les voitures, je n’y aurais jamais adhéré. Son bilan est tout simplement calamiteux ». Une critique que l’on pourrait aisément corroborer au regard de nombreux chantiers auxquels devrait s’attaquer le numéro un de la jeunesse du PDG dans un contexte de Régénération et Revitalisation.

Dans le souci d’un parallélisme de forme, la rédaction de i24gabon a résumé le bilan des huit  premiers mois de son prédécesseur Vivien PEA.

Dès sa prise de fonction en  Avril 2013, l’ancien Secrétaire Général Adjoint du PDG en charge de la jeunesse avait en huit mois lancé:

1- Un Séminaire d’appropriation des textes et de l’Histoire du Parti Démocratique Gabonais au bénéfice de son Bureau National, rencontre qui fut conjointement animée par Lambert Noël Matha à l’époque Secrétaire Général du Ministère de l’intérieur et le Professeur Serge Ratanga Atos, décédé il y a quelques semaines;

2- Sur instruction d’Ali Bongo Ondimba, la première caravane de proximité au Gabon et dénommée « Au cœur de nos réalités » dans les quartiers de Libreville, Owendo et Akanda, en donnant pour la première fois la parole aux jeunes des « mapanes » ( quartiers sous intégrés) en vue de dresser la radioscopie puis établir un diagnostic objectif de la jeunesse gabonaise;

3- Le premier  numéro vert de l’UJPDG qui permettra aux jeunes de discuter directement au téléphone avec les responsables de la jeunesse Parti au pouvoir qui a permis d’ailleurs à l’UJPDG sous l’égide de son premier responsable de régler notamment grâce à une intervention personnelle d’Ali Bongo Ondimba,  le litige opposant le Ministère de l’éducation nationale aux célèbres  2500 récalés du bac 2013. Finalement ils bénéficieront de la clémence des autorités et 1800 d’entre eux obtiendront finalement leur baccalauréat;

4- Les premières Universités de l’UJPDG à Koulamoutou en présence d’Ali Bongo Ondimba destinées à la formation des jeunes à la pratique de la politique et à la défense des politiques publiques. Un rendez vous surtout entre les cadres du Parti et les jeunes statutaires des 9 provinces dans une atmosphère de travail mais surtout d’apprentissage;

5- La Première Journée de l’Entreprise réunissant plus de 1000 élèves de second cycle des lycées de Libreville et Owendo face à des Chefs d’entreprise et entrepreneurs gabonais ayant réussi leur carrière professionnelle ( Success Stories), accompagnée d’un atelier de rédaction des CV et de mise en situation d’entretiens de stage ou d’embauche. Notons que la Marraine de ce programme fut Madeleine Berre à l’époque Présidente de la CPG;

6- Le premier Arbre à Palabres contre les fléaux sociaux dont le premier fut consacré au traitement de la Drogue en présence du commandant en chef de la Police Nationale, du directeur général de l’Oclad, de plusieurs Magistrats du siège, de psychologue et plusieurs membres du Gouvernement. Environ 1200 jeunes des quartiers populaires et jeunes militants prenaient part à ce rendez vous pédagogique;

7- L’Organisation du premier Forum de Révision des examens pour les élèves de Terminale et Troisième en vue d’accroître les taux de réussite au baccalauréat et BEPC. Plusieurs centaines de ces jeunes reconnaissent d’ailleurs avoir obtenu leur examen grâce à ce programme. La cinquième édition qui devait se tenir en 2018  n a pas eu lieu;

8- La Coupe du Distingué Camarade Président Ali Bongo Ondimba devenu ces 4 dernières années l’événement sportif annuel du Parti Démocratique Gabonais opposant les équipes des jeunes militants représentants les 9 provinces du Gabon. Sa dernière édition remonte à Mars 2017;

9- Les « Rendez-vous militants » réunissant chaque semaine les nouveaux adhérents à l’UJPDG face à Vivien PEA afin de leur expliquer la notion d’engagement politique et militant par des entretiens collectifs ou individuel selon la pertinence et qui donnait lieu à l’intégration des jeunes dans les organes locaux du PDG;

10- La campagne thématique sur la Responsabilité et la Citoyenneté  lancée après la caravane de Libreville, mais cette fois à l’intérieur du pays, dans les capitales provinciales et un an plus tard dans tous les départements du pays ;

11- La création et l’organisation  des démembrements de l’UJPDG à l’étranger ayant permis un encrage consulaire de la Jeunesse du PDG dans tous les pays où la diaspora Gabonaise est constituée;

12- La création et l’encadrement des Comités homogènes et d’actions populaires dans les dans les quartiers , puis la création des entités spécifiques UJPDG Universités et Grandes Écoles, UJPDG Lycées et Collèges, UJPDG Zone Urbaine, UJPDG Jeunes Cadres , UJPDG Entreprenariat et UJPDG Sans Frontière;

13- Le programme d’aide et d’actions sociales de l’UJPDG qui a permis d’accompagner et soutenir plus de 200 familles gabonaises premiers six mois du magistère;

14- La création d’une cellule d’écoute et de soutien psychologique pour les jeunes en situation de décrochage et déperdition scolaire, régulièrement suivis au cabinet du délégué national. En huit mois, ce sont 148 jeunes identifiés qui ont pu bénéficier de ce programme de reinsertion sociale notamment par le financement de leurs études ou de leurs activités économiques;

15- La création avec le soutien du ministère de l’éducation nationale,  du bureau de l’inter – coopérative des lycées et collèges afin de favoriser le dialogue inter – établissement avec les autorités sous l’égide constant de l’UJPDG;

Au regard de ces deux bilans aux antipodes l’un de l’autre, on comprend mieux les virulentes critiques faite à l’actuel Secrétaire Général Adjoint du PDG en charge de la jeunesse. Marius Assoumou va t-il rattraper le retard à l’approche des futures élections législatives et locales ou se contentera t-il de poursuivre sa mue à Oyem à la conquête du siège de député en gardant la jeunesse de son Parti en jachère?

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici