Képi de l'armée de terre. Image d'archives, utilisée à juste titre d'illustration. © I24GABON.

A travers une note de service en date, le chef d’Etat-major de l’armée de terre a tapé la main sur la table pour dire « ça suffit! » aux militaires pratiquant durant les heures creuse , l’ « activité lucrative et illicite de transport clandestin » quotidiennement appelée : « clando ».

Sommés d’être suspendus voire radiés des effectifs militaires, malheur pour le militaire qui sera surpris entrain de pratiquer le transport en commun durant leurs heures creuses. « Quiconque enfreindra délibérément le règlement de discipline générale qui interdit tout militaire de faire du transport clandestin doit immédiatement être sanctionné disciplinairement et statutairement en cas de récidive », a menacé le général Boucka, en s’appuyant sur l’article 81 de la loi 18.

Dans le même contenu de cette note de service dont I24GABON a obtenu copie portant objet : « mise en garde et rappel à l’ordre », ce phénomène qui est de nature à ternir l’image de l’armée de terre prend des proportions disproportionnées sur l’ensemble du territoire national. Un phénomène selon le militaire en chef, « est à l’origine des récurrents accidents mortels de la circulation.

Chef d’état-major de l’armée de terre a indexés aussi les chefs des régions militaires a veiller sur le contrôle de fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur . « Je porte à la connaissance des commandants des régions et des chefs de corps ma désapprobation face à ces comportements qui constituent un manquement à vos obligations », a-t-il rajouté.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici