Tête de liste malheureuse au premier arrondissement de Libreville lors des élections locales de 2013 face à la candidate PDG Annie Christelle Limbourg Iwenga, Chantal Myboto Ngondjout sillonne depuis peu les quartiers dudit arrondissement. Une tournée qui passe mal dans la tête des riverains.

Après avoir brillé cinq ans durant par une absence remarquée sur le terrain, la dame originaire de Mounana (Haut-Ogooué) et résidant dans la commune d’Akanda, ex concubine de feu Omar Bongo et fille de l’actuel Président de l’Union Nationale, a lancé depuis quelques jours un périple dans son arrondissement. Sans doute en prélude aux futures élections législatives auxquelles elle entend prendre part, selon une source.

Une attitude surprenante pour cette membre de l’opposition qui reproche sans cesse au Pouvoir d’Ali BONGO d’être détaché des Gabonais. Sinon comment comprendre que dame Chantal Myboto ne visite les populations qu’à la veille d’une élection? Drôle de considération pour ses électeurs.

Les Gabonais se souviennent des annonces faites par cette ancienne apparatchik du Pouvoir au plus fort de la contestation sur les origines d’Ali BONGO. À plusieurs reprises elle avait déclaré, dans les médias proches de l’opposition, détenir la preuve remettant en cause la filiation de l’actuel Chef de l’État gabonais. Plusieurs années plus tard et après de multiples conférences de presse, les Gabonais sont restés sur leur faim. Aucune révélation, encore moins aucune preuve pour conforter ses allégations. Une situation qui n’a pas manqué de susciter le rejet et la méfiance des Gabonais vis à vis de la famille Myboto.

À l’approche des élections législatives, Chantal Myboto Ngondjout semble sous-estimer la conscience politique des électeurs qui ne sont plus prêts à voter pour « un candidat qui ne pense aux électeurs qu’à l’approche des scrutins », confie le chef d’un quartier du premier arrondissement.

S’il est vrai que le Parti Démocratique Gabonais n’est pas celui qui se vend le mieux actuellement, les populations du premier arrondissement de Libreville reconnaissent néanmoins que « l’ancienne Déléguée Nationale de l’Union des Femmes du PDG, Annie Christelle Linbourg Iwenga a été présente à leurs côtés contrairement à son adversaire de l’Union Nationale », renchérit ce chef de quartier.

Une offense de trop que les électeurs n’entendent pas laisser passer. « Nous allons le lui faire savoir en la sanctionnant le jour du vote », conclut notre interlocuteur.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici