Ouverture officielle de la septième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 7). © I24GABON 2019

Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilié-By-Nzé, conduisant la délégation gabonaise dans le cadre institutionnel de la Ticad 7, a profité de la circonstance pour échanger avec son homologue japonais, Taro Kono, sur la politique de diversification de l’économie gabonaise.

Des discussions à l’issue desquelles le ministre japonais a réaffirmé la volonté de son pays à continuer à soutenir le Centre d’appui à la pêche artisanale de Libreville. Tout comme il a exprimé l’espoir que les jeunes gabonais, ayant participé à l’initiative ABE (programme de bourses d’études pour master au Japon aux jeunes africains) et d’autres programmes, puissent contribuer au développement industriel du Gabon.

Par ailleurs, le gouvernement japonais a exprimé sa volonté d’accueillir 9000 jeunes africains pour l’apprentissage et la formation et, par la suite, bénéficier de l’expérience de ce pays.

Dans le même temps, le Japon entend aider l’Afrique à doubler sa production rizicole pour atteindre 50 millions de tonnes d’ici 2030. Une diplomatie du riz qui sera conduite par l’Agence japonaise de coopération internationale en collaboration avec l’Association Sasakawa pour l’Afrique.

«Au final, le Gabon a obtenu du Japon l’élargissement de sa coopération dans les domaines de la pêche et de la recherche, principalement en ce qui concerne les grands singes. Il a également été envisagé d’explorer la possibilité de nouer des partenariats dans les domaines de la médecine, du tourisme et de la technologie à travers l’extension des missions de l’Agence japonaise de coopération internationale», a indiqué l’Ambassadeur, directeur des Affaires Asiatiques, Faustin Yves N’Guiend-Mickolo.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici