La sortie du syndicat des magistrats gabonais (SYNAMAG) le 13 juillet dernier mettant à mal le gouvernement, n’a pas laissé Edgar Anicet MBOUMBOU MIYAKOU indifférent.  Dans un communiqué parvenu à la rédaction d’i24, ce lundi 15 juillet, le Ministre de la Justice fait la lumière. Avant d’appeler chacun à la responsabilité et la retenue.

Le Garde des Sceaux dément catégoriquement l’allégation dudit syndicat selon laquelle ses membres auraient reçu des affectations visant sa démobilisation ; soulignant au passage que la tutelle ne dispose pas de l’état des adhésions des magistrats. Il a relevé l’intérêt que le SYNAMAG accorde au fonctionnement régulier de l’institution judiciaire, notamment à la gestion de ses ressources humaines.

Le chef du département ministériel de la justice déplore que le SYNAMAG qui regroupe en son sein d’éminents praticiens du droit, ait préféré une démarche informelle pour dénoncer des avancements, promotions, mutations et affectations des magistrats. Des  mesures individuelles que les principaux concernés n’ont jamais eux-mêmes, à ce jour contesté face à la tutelle selon les procédures légales en vigueur.

Par ailleurs, le membre du gouvernement note avec regret une interprétation de démagogie de la part de ces syndicalistes sur les mesures prises dans le cadre de l’assainissement du fichier salarial, et qui concerne tous les agents de l’Etat y compris les magistrats. Face à cette tentative, Edgar Anicet MBOUMBOU MIYAKOU a rappelé au SYNAMAG son champ de compétence qui est la défense des intérêts professionnels.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici