Justin Ndoundangoye, ministre des Transports et de la Logistique. © I24GABON 2019

Une importante réunion entre le ministre du Transport et du tourisme Justin Ndoundangoye et l’ensemble des différents experts que compte l’Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne en Afrique et à Madagascar(ASECNA ), s’est tenue ce 11 septembre 2019 à Libreville.

Au cours de ce 35ème conseil d’administration consacré au domaine aéronautique, plusieurs points sont inscrits à l’ordre du jour à savoir entre autres le problème de la délimitation aéroportuaire, et le celui lié à l’épineuse question de subventions.

S’agissant du problème de la délimitation du domaine ou des plate-formes aéroportuaires le constat est accablant, car selon le diagnostic après examen du ministre des Transports:« Le domaine aéroportuaire est envahi par des constructions non seulement, elles sont non autorisées mais en plus l’anarchie des populations environnantes s’ajoute ».

Face au non respect des lois en vigueur dans notre pays par certaines populations, il est plus que nécessaire que les services du cadastre et de l’habitat prennent à bras le corps ce phénomène d’installation anarchique en zone aéroportuaire ceci pour d’éviter tous les dommages collatéraux qui peuvent en surgir.

Un autre point aussi important est celui portant sur les subventions qui étaient allouées à l’ASECNA, que l’on pouvait qualifiées soit de subventions d’investissements, d’exploitations, ou d’équilibres. Aujourd’hui, il est question de revoir un partenariat fait entre l’Etat gabonais et l’ASECNA pour une meilleure rationalisation et une optimisation des recettes publiques. Cette importante réforme sera porté à la prochaine loi de finances, et va donner à l’ASECNA une plus grande autonomie dans l’ensemble de ses différentes missions régaliennes.

En effet, comme l’a été bien d’autres secteurs avant elle à l’exemple de la SETRAG, l’ASECNA amorce une phase d’autonomisation sur ses offres aéroportuaires afin de ne pas être totalement dépendant du budget de l’Etat. D’où la nécessité de mettre en place un nouveau mécanisme issu de la réflexion entreprise entre le ministre des Transports et du tourisme et la direction de l’ASECNA. Ainsi on assistera de ce fait à la mise en place des redevances ou des mesures d’accompagnements pour que l’ASECNA continu de joué son rôle d’assurer la sécurité du ciel gabonais en utilisant les outils d’aide à la navigation aérienne les plus efficaces.

Pour le conseiller technique du Directeur générale Esono Alogo Nchama Siméon, « l’article 10 de cette convention signée entre l’ASECNA et les différents États membres prévoit que chaque État membre peut signé avec l’ASECNA la gestion partielle et totale d’un certain nombre d’aéroports qui ne sont intégrés dans l’espace de la gestion communautaire.C’est dans ce cadre que le Gabon à entrepris de signer récemment le 05 février à Paris, le deuxième volet de cette article », indique-t-il.

Profitant du fait qu’ il soit de passage dans la zone de l’aéroport de Libreville, le ministre des Transports et du tourisme Justin Ndoundangoye a profité de cette occasion pour visiter les différents chantiers en cours sur les abords de ADL.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici