Si rien n'est fait, d'ici quelques heures seulement, les employés de SATRAM rentreront en grève générale. © I24GABON

Si rien n’est fait, d’ici quelques heures seulement, les employés de SATRAM rentreront en grève générale. En effet, le syndicat des Employés et ex employés retraités du Pétrole et activités connexes (SEERPAC) et l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) se sont réunis le 19 septembre 2019, en Assemblée générale pour attirer l’attention de leur autorité de tutelle sur le non respect et le cynisme dont fait preuve la direction générale face aux revendications déposées depuis un moment sur la table des responsables hiérarchiques de cette société.

L’entrée en grève générale est certainement probable au sein du leader au Gabon en logistique pétrolière car, plus rien ne tourne rond. Depuis, les revendications de ses employés sont mises en longue attente et l’utilisation abusive et irrégulière d’une main d’oeuvre étrangère devient une norme au sein de cette grande boite pétrolière.

C’est dans ce cadre contextuel que le Seerpac a convier les employés de SATRAM a une Assemblée générale ce 20 septembre 2019 à 16h, à la salle des fêtes de la mairie du 1er arrondissement de port gentil.

Selon les deux syndicats, leurs employés ont des retards pathétiques de salaires. Ainsi, le salaire du mois d’avril qui est payé actuellement, se fait par vague. « Le lundi 09 septembre une altercation a éclaté entre le Directeur de l’Exploitation, et le conseiller du Directeur Damien Liguindou Mihindou a SATRAM Marine ou une réunion s’est tenue en urgence avec le DG Saïd Znaki pour la circonstance.
Alors que le second souhaitait le paiement de 2 mois d’arriérés de salaires et la prise en compte des fonds de la rentrée scolaire de 20 0000 francs CFA, Ali Bardai s’ y est farouchement opposé arguant que les employés allaient savoir qu’il y’ a des fonds dans les caisses de SATRAM »
, sans pourtant donner de précisions exactes si ces fonds pouvaient satisfaire l’ensemble du personnel pour les charges de rentrée scolaire.

Préavis de grève, (pièces jointes déposées à notre rédaction). © I24GABON

Un constat amer qui accable les les travailleurs surtout en cette période de rentrée scolaire  » en pleine préparation de la rentrée des classes, l’on se rend compte que certains enfants ne seront pas scolarisés cette années. Ou passe l’argent généré par les contrats avec la Comilog, DHL, VAALCO et Perenco (partenaire d’affaires qui souhaite retravailler avec SATRAM comme cela se faisait autrefois) ,qui est un contrat spot?
Encore, concernant ce dossier chaud, les questions ne manquent pas. »

« Où vont les deniers relatifs au transport de marchandises et les sommes d’argent issues des locations des unités marines comme le Dorade, le tanzanite, le pousseur silex, le Nyonie, le Bikele? »

Voici autant de questions sur lesquelles, les employés de SATRAM souhaiteraient avoir des réponses. Selon eux, « aujourd’hui au sein de cette société, les services financiers sont aux main du marocain MahmoudbTaby censé être coordinateur financier mais qui se trouve être au dessus du Directeur Financier, qui détient les codes d’accès aux comptes bancaires », s’insurge un employé.

Reste pour l’autorité concernée de jeter un regard attentionné afin que les travailleurs de STRAM et la direction générale entrent en bon terme et que l’idée d’aller en grève générale dans les heures qui vont suivre soit soulagée.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici