Emmanuel Issoze Ngondet, Premier Ministre sortant (2018) - Archives Internet

Il faut en principe avoir passé cinq (5) ans au poste de Premier Ministre pour être éligible à un tel régime spécial. Cependant, pour les anciens Premiers Ministres qui ont au préalable exercé des fonctions de membres du gouvernement, la durée est bonifiée de deux ans.

Or, Issoze Ngondet entre au gouvernement en 2009 en tant que ministre de l’Énergie. Puis, il est promu au ministère du Budget et des Comptes publics en 2011, avant d’atterrir aux Affaires Etrangères en 2012. Sa nomination à la Primature, le 28 Septembre 2016, le qualifiait donc sur la bonification limitée à deux ans. Soit, rester en fonction jusqu’au 28 septembre 2018 au moins.

Sieur Issoze aurait donc joué sur deux cœurs ces derniers mois en retardant la mise en oeuvre des actes du Dialogue d’Angondjé, selon une source autorisée.

Il est évident que l’organisation des législatives en avril 2018 impliquait une démission de son gouvernement. Rien ne le rassurait sur sa reconduction.

Ne fallait-il pas traîner des pieds, chercher des alibis égoïstes pour trouver un énième cas de force majeure et, ainsi, renvoyer les législatives après octobre 2018, tout en se maintenant à la Primature ? Assurant par conséquent sa retraite d’ancien Premier Ministre. Des calculs personnels qui allaient sacrifier le fonctionnement régulier des institutions et les attentes des populations, en plongeant tout le pays dans une crise institutionnelle sans précédent.

Comment expliquer que le Dialogue National d’Angondjé qui a eu lieu entre les 28 mars et 26 mai 2017 n’ait pas pu voir ses actes traduits en loi avec diligence sous Issoze Ngondet ? Notamment le retard observé pour la mise en place du Centre Gabonais des Elections (CGE) ? A qui bénéficiait ces méthodes dilatoires ?

L’intérêt personnel aurait, entre autres raisons, poussé la Cour Constitutionnelle à constater l’échec du Gouvernement Issoze Ngondet en exigeant publiquement sa démission.

Une première dans l’histoire du pays.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici