Le 26 Juin 2016, à la clôture des Universités d’été de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais (UJPDG) à Port-Gentil devant près de 20.000 jeunes, Ali Bongo Ondimba accédait à une requête formulée par Vivien Amos Pea Makaga, ancien Secrétaire Général Adjoint du Parti Démocratique Gabonais (PDG) en charge des jeunes, d’offrir à la Jeunesse Gabonaise un Septennat en échange de son soutien pour sa réélection à la tête du pays en 2016.

Axé sur l’éducation et la formation, en vue de coller à l’évolution du monde, la matérialisation du septennat de la jeunesse  2016-2023 s’était heurtée à l’hostilité de certains collaborateurs du Chef de l’État Ali BONGO ONDIMBA. D’aucuns y ont vu la fin de leurs privilèges avec la probable arrivée des jeunes aux affaires.

Nommé Directeur de Cabinet du Président de la République en conseil des ministres dans sa session du 25 août 2017,  Brice Laccruche Alihanga avait aussitôt, sur instructions et orientations du Chef de l’État, pris à bras le corps la mise en oeuvre de ce septennat de la jeunesse. Audacieux et méthodique, le nouveau Directeur de Cabinet avait surpris les Gabonais par un management aux antipodes de ses prédécesseurs; axé sur des résultats concrets.

C’est dans la haute administration que le nouveau Directeur de Cabinet avait débuté l’accélération de ce voeu cher au Chef de l’État. Avec la promotion de jeunes, pour la plupart méconnus, à des postes de responsabilité. De Renaud Allogho Akoué à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS), à Patrichi Tanasa à Gabon Oil Company (GOC), en passant par Saïd Abeloko à l’Office des Ports et Rades du Gabon (OPRAG), le septennat de la jeunesse présentait là ses premiers visages.

Nommé par la suite Directeur de Cabinet Politique du Président du Parti Démocratique Gabonais au dernier congrès de ce Parti, Brice Laccruche Alihanga avait entrepris la mise en oeuvre de la Régénération et la Revitalisation des instances du Parti d’Ali BONGO, aux côtés d’Eric Dodo Bounguenza. Avec à la clé; le pari risqué et très audacieux d’investir davantage de jeunes aux élections jumelées 2018. Il faut rappeler que beaucoup d’anciens cadres de ce Parti ne vendaient pas cher cette approche à l’issue des élections.

Les résultats au soir du 6 octobre 2018 sont sans appel. Le PDG et alliés font un raz-de-marée. La quasi-totalité des jeunes investis aussi bien aux locales qu’aux législatives fait carton plein. Un vrai coup de maître qui garantit au Chef de l’État une majorité écrasante à l’assemblée nationale et dans l’ensemble des collectivités locales.

De Hugues Régis Mayombo élu député dans le deuxième arrondissement d’Owendo, Tony Ondo Mba dans la commune de Bitam, Arnauld Calixte Engandji au département de Sébé-brikolo, Justin Ndoudangoye au deuxième arrondissement de la commune de Franceville à Severin Pierre Ndong Ekomi arrivé au second tour au quatrième arrondissement de Libreville face à Alexandre Barro Chambrier, en passant par Chadi Moukarim dans le cinquième arrondissement de Libreville et bien d’autres, il ne fait plus l’ombre d’aucun doute que la stratégie de Brice Laccruche Alihanga s’est avérée payante. Le cap étant tracé, va t-il confirmer en assurant une victoire cash à Ali BONGO en 2023?

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici