De centaines de carpes retrouvées mortes dans l'Ogooué et les lacs environnants. (Image d'archives).

Les populations de Lambaréné attendent toujours impatiemment les résultats finaux de l’enquête de centaines de carpes retrouvées mortes dans le fleuve Ogooué. Jusqu’aujourd’hui, le gouvernement et les autorités concernées font preuve d’un silence de cimetière en dépit d’un insuffisant diagnostic par le Centre international des recherches médicales de Franceville (CIRMF).

Le samedi 03 Août 2019 à la salle Polyvalente du très célèbre quartier Adouma à Lambaréné, s’est tenu une importante réunion des mouvements et associations de ladite localité afin de s’accorder sur les actions à mener dans les prochains jours concernant le fameux dilemme.

Le gouvernement par la voix du ministre en charge de l’agriculture et de la pêche aurait mis en place, une commission d’enquête qui devait apporter des éléments de réponses claires à cette situation dans les 15 jours après l’incident. Or, 15 jours plus tards les résolutions de ladite commission aux allures de suppositions, laissent les populations perplexes.

Dans tous les cas de figures, le gouvernement présente une volonté de négliger et étouffer cette affaire qui pourrait avoir de graves répercussions sur la santé des populations , car il est nécessaire de rappeler le rôle très important pour ne pas dire vital que joue l’Ogooué pour des populations Lambarenèenes et ses environs.

Lors de ladite rencontre avec les autorités concernées à Lambaréné, Éric Sebe, président de l’Organisation Lambareneene pour l’Education et le Développement ( L’OLED), et en présence de plusieurs associations à l’instar de l’association des pêcheurs de Lambaréné, le Club de l’Amitié,le mouvement l’Amont fier, un panel d’actions sur le terrain à été retenu.

« Le gouvernement ne dira pas qu’il n’a point été averti par les responsables des différents groupes d’associations sur les risques de santé auxquels sont exposés les consommateurs de carpes, et surtout les habitants de Lambaréné qui sont les personnes les plus visées. Même s’il a décidé de prolonger la date de reprise de la pêche et de la commercialisation de la carpe pour une longue durée , les populations villageoises ne respecteront pas cette mesure.», explique le président du mouvement l’Amont fier.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici