Après la plainte d’un Franco-Gabonais auprès de l’instance judiciaire contre le Pouvoir d’Ali Bongo Ondimba, le président fondateur du front Uni des Jeunes de l’Opposition Pacceli Bikoro affirme que le candidat malheureux à la dernière présidentielle d’août 2016, dans son plan machiavélique, prévoyait de débouter l’armée gabonaise.

Dans une posture très sereine, vêtu d’un costume bleu sombre devant la presse nationale et internationale, à la chambre de commerce de Libreville Pacceli BIKORO assume ses révélations. Selon ce dernier, la démarche mise en place par l’ancien responsable de l’Union Africaine consistait à fabriquer des cocktails extrêmement toxiques à base de produits importés», explique –t-il,avant de préciser que celui-ci «consistait concrètement à faire le mélange de tous ces produits et laisser fermenter quelques minutes», durant la période post-électorale afin de démontrer aux yeux du monde le mécontentement  des gabonais qui revendiquaient Jean Ping, sa victoire volé ,par le pouvoir en place.

Des révélations graves pour le commun des gabonais, pourtant Pacceli Bikoro, membre fondateur du Front des jeunes de l’opposition (Fujo), dit les assumer s’il était entendu par la justice tant au Gabon qu’en France et assure qu’il n’y a rien de plus vrai. 

Il aurait vu la galaxie Ping fomenter de «lancer une attaque contre les forces armées et de défense du Gabon». Il dit aussi en avoir eu connaissance au cours d’une rencontre restreinte à laquelle il avait participé au côté du fils du candidat Jean Ping qu’il n’avait pas quitté un seul instant, peu avant l’assaut qui avait causé de forts dégâts et des blessés graves.

Selon Pacceli BIKORO, une équipe de jeunes recrutés pour la tâche était chargée de jeter les bouteilles contenant ledit cocktail à tous les endroits où étaient disposés les agents des forces de défense, de telle sorte que le produit toxique s’évapore. N’eut été l’intervention de l’armée, dit-il avant la mise en pratique de ce projet, ce sont des dizaines de soldats gabonais qui auraient subi des violences. C’est donc parce que soupçonnant une tentative de manipulation de l’opinion nationale et internationale que Pacceli BIKORO souhaite que l’auteur de cette plainte basée sur de fausses allégations se ravise suite à sa démarche qui relève selon lui du machiavélisme politique… Affaire à suivre. 

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici