Il revient désormais aux entrepreneurs gabonais de mieux s’organiser, pour tirer davantage profit de ces nouvelles mesures. © I24GABON 2019

Après une longue discussion avec leur administration de tutelle, les entrepreneurs locaux exerçant dans le secteur des travaux publics obtiennent enfin gain de cause. Le ministère des Travaux publics s’engage à favoriser davantage leur accès aux marchés publics.

L’une des revendications fondamentales des entrepreneurs locaux exerçant dans le secteur des travaux publics, auprès de leur administration de tutelle, a toujours été l’obtention des marchés initiés par l’Etat. Ils obtiennent enfin gain de cause lors de leur dernière rencontre avec le ministre des Travaux publics, Arnaud Calixte Engandji Alandji, au cours de laquelle les réflexions ont conduit à l’élaboration d’une convention cadre.

« Nous avons tous réfléchi, et nous nous sommes accordés sur une convention cadre. Le but de cette convention cadre, c’est de donner la primeur de certaines activités, comme la location des engins, qui ne nécessite pas une expertise extraordinairement grande, mais a quand même besoin de beaucoup de moyens. Contrairement à la partie travaux qui semble un peu plus lourde, nous nous sommes dits qu’on pouvait réserver la partie location d’engins aux PME des compatriotes », a laissé entendre le ministre Engandji, en nous faisant l’économie de la rencontre

Le ministère des Travaux publics s’engage à favoriser davantage l’accès des entrepreneurs locaux du secteur des travaux publics aux marchés publics. © I24GABON 2019

Dans la suite logique de son propos, le ministre des Travaux publics a fait savoir que le but visé à travers cette nouvelle démarche est d’amener les entrepreneurs locaux « à travailler ensemble, à créer des groupes d’intérêt de façon à ce que, ensemble, ils puissent suivre à la fois la gestion que les uns et les autres font de leurs entités, mais également se projeter auprès d’une banque, auprès d’un établissement de crédits avec un peu plus de crédibilité »

Ces innovations proposées par le ministre Arnaud Engandji trouve naturellement un écho favorable auprès des entrepreneurs locaux. Ces derniers n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction : « Nous sommes très ravi, parce que ça concerne essentiellement et exclusivement les PME gabonaises. En tant que dirigeant d’un groupe, je suis très contant, je suis même étonné », a martelé avec beaucoup d’émotion, Ghislain Guidjoumbi, un leader entrepreneur.

Il revient désormais aux entrepreneurs gabonais de mieux s’organiser, pour tirer davantage profit de ces nouvelles mesures, qui sont de nature à permettre une véritable dynamique entrepreneuriale dans le secteur des travaux publics et, pourquoi pas, dans d’autres secteurs.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici