Les conseillers municipaux ne cachent plus leur agacement au sortir du dernier conseil municipal qui s’est tenu le mardi 07 novembre à l’hôtel de ville d’Owendo. Cinq ans après la création des mairies d’arrondissement dans cette commune soeur de Libreville, ces dernières ne disposent toujours pas de leurs propres locaux.

Une situation qui serait passée inaperçue si Jeanne Mbagou, mairesse d’Owendo, n’aurait pas loué à la mairie du deuxième arrondissement son immeuble R+2 situé à Akourounam 2 et ce, depuis cinq ans. Un conflit d’intérêt dont devrait se saisir la Cour des comptes gabonaise. Pour certains conseillers municipaux, c’est une forme de détournement de fonds déguisé. Selon nos informations, ce bail coûterait chaque mois, près de dix millions de Fcfa à la mairie du deuxième arrondissement. Soit près de six cent millions en cinq ans. Une somme faramineuse qui aurait pu servir à la doter de son propre bâtiment.

« On comprend mieux pourquoi en cinq ans, plusieurs projets ont été mis sur la table lors des différents conseils municipaux, excepté celui d’offrir leurs propres infrastrures aux mairies des deux arrondissements. Pourtant notre commune est l’une des plus nantis du Gabon avec des excédents de recettes à chaque exercice. Même une simple réservation foncière aurait pu calmer les ardeurs », lance un conseiller municipal.

Le bâtiment R+2 appartenant à Jeanne Mbagou loué par la mairie du deuxième d'Owendo
Le bâtiment R+2 appartenant à Jeanne Mbagou, loué par la mairie du deuxième d’Owendo

Jeanne Mbagou avait réalisé l’essentiel des investissements de la commune à son premier mandat; la construction des marchés d’Akourounam 2 et d’Awoungou, la réalisation du jardin  public, la construction d’un complexe sportif (jamais livré depuis plus de cinq ans) au quartier service civique, non loin du lycée technique. Au compte de son deuxième mandat qui s’achève, aucun nouvel investissement n’est visible dans la commune d’Owendo. Exceptées quelques refections qui n’étaient d’ailleurs pas nécessaire. Sans doute pour justifier les décaissements des finances de la mairie.

« Cette dame nous a mis la poudre aux yeux à son premier mandat avec quelques investissements. À son deuxième mandat, elle a passé plus de temps à s’enrichir personnellement qu’à investir pour le compte de notre commune. Imaginez ce qui pourrait advenir si jamais on lui confiait un troisième mandat? » Confie un nouveau conseiller municipal.

Philippe Nzamba

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici