Le directeur de cabinet du président de la République avec une agent lors de sa visite dans les locaux de la douane gabonaise

Le directeur de cabinet du président de la République Brice Laccruche Alihanga a effectué ce 08 novembre 2017 une visite surprise, dans les locaux de la Douane gabonaise et sur le port d’Owendo.

Procéder à la vérification et à l’application de la loi en la matière était entre autre l’objectif de cette visite, afin de s’enquérir des difficultés des douaniers pour améliorer leur rendement et optimiser les recettes douanières afin de vérifier l’application des mesures visant à protéger les consommateurs.

«Exemplarité, collégialité, efficacité», c’est le triptyque désormais mis en place par le directeur de cabinet du président de la République. C’est une nouvelle méthode pour Brice Laccruche Alihanga de rappeler également les responsables des différentes administrations gabonaises à un «comportement modeste et respectueux» de l’argent public.

Avec cette bonne volonté du directeur de cabinet du président,  les Gabonais ne peuvent qu’être d’accord car, il faut tordre la main des prédateurs des deniers publics pour qu’ils gérent efficament l’argent du contrubuable, il y va de l’intérêt général et non de quelques particuliers. Le changement dont parle d’aucuns doit commencer par là, la lutte implacable contre les détourneurs de deniers publics. Pendant plus d’une décennie, le Gabon ne cesse d’être classé parmi les pays pauvres du monde. « Cette place peu enviable doit nous amener à faire notre propre mea-culpa et voir le pourquoi de ce déshonneur », précise le directeur de cabinet d’Ali Bongo.

Brice Laccruche Alihanga s’entretenant avec less responsables de la douanes pendant sa visite.

Brice Laccruche Alihanga imprimer désormais sa marque avec des méthodes et une approche différentes. C’est tout justement ce qui lui vaut le pseudonime « la machine »

Les exemples de comportement servile sont nombreux dans l’administration et au niveau gouvernemental.  Les responsables des différentes directions administratives devront «strictement respecter les obligations légales relatives à la transparence.»

Selon le DC d’Ali Bongo, « Pour y parvenir au bon résultat, il suffit de faire preuve d’une bonne gestion, de bonnes pratiques et d’un peu d’initiative. »

Par ailleurs, Si l’Etat doit être ferme et fort, ses serviteurs doivent être sobres et dignes.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici