Le nouveau représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) accrédité Gabon procédant à la tradition des civilités auprès du ministre de la Santé, Max Limoukou. © 24GABON 2019

Récemment nommé, le nouveau représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) accrédité Gabon a procédé, ce mercredi, à la tradition des civilités auprès du ministre de la Santé, Max Limoukou. Au cours de la rencontre, les deux personnalités n’ont pas manqué d’aborder les questions relatives au secteur sanitaire du pays.

Comme il est de tradition, le nouveau représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) résidant au Gabon, Dr. Magaran Monzon Bagayoko, a présenté ce 18 septembre ses civilités au ministre de la Santé. Les deux personnalités ont profité de l’occasion pour cerner les aspects importants liés au secteur de la santé au Gabon. Ainsi, le diplomate international a décliné les ambitions de l’organisme dont il la charge en matière du développement sanitaire au Gabon : « Mes ambitions au Gabon sont certes déjà inscrites dans le plan de développement sanitaire du Gabon. Alors il s’agit de renforcer la couverture sanitaire universelle ; il s’agit aussi de renforcer la sécurité sanitaire ; ensuite, la santé et le bien-être des populations gabonaises. Donc voilà les priorités auxquelles nous allons nous atteler avec les autorités ».

Dr. Magaran Monzon Bagayoko et le ministre gabonais de la Santé lors de la rencontre.
©  24GABO 2
019

Ancien Directeur par intérim du groupe organique Maladies transmissibles au Bureau régional de l’Afrique jusqu’à sa récente nomination, Dr. Magaran Monzon Bgayoko ne s’est pas abstenu d’apprécier les efforts consentis par le Gabon dans le domaine de la santé publique.

« Le Gabon est l’un des pays en Afrique où la couverture sanitaire universelle n’est pas juste un slogan. On a environ, comme vient de le dire monsieur le Ministre, 65% de la population gabonaise qui est couverte, qui a accès à l’assurance maladie. Il y’a aussi des avancées dans le domaine de la prévention : le Gabon a éliminé par exemple le tétanos néonatal en 2017 ; et le Gabon a aussi éliminé la poliomyélite », a indiqué le représentant de l’OMS au Gabon, en satisfaisant de la situation.

Ainsi donc, la question de santé publique se trouve inscrite dans l’ordre des priorités de l’Etat gabonais et de ses partenaires internationaux.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici