Dans le cadre de son programme d’actions contre les cancers féminins, la première dame, Syvia Bongo Ondimba, lance pour la première fois à l’intérieur du pays, notamment dans la province du Haut-Ogooué, la campagne de sensibilisation et de dépistage annuelle des cancers féminins « Octobre rose ».

De son court séjour dans la province du Haut-Ogooué avec son époux Ali Bongo Ondimba, où ils ont pris part à la 2ème édition de la grand’messe sportive Run in Masuku, la première dame Sylvia Bongo Ondimba, accompagnée du ministre de la Santé, Max Limoukou, a profité de l’occasion pour procéder au lancement de la 7ème édition de la campagne annuelle « Octobre rose ». Une initiative de la Fondation Sylvia Bongo pour la famille (FSBO), qui a pour objectif de sensibiliser et dépister les femmes contre les cancers exclusivement féminins, tels que le cancer du col de l’utérus et le cancer du sein.

Dans cet élan, le ministère de la Santé, en collaboration avec la FSBO, entend consentir plus d’efforts pour dépasser le seuil de 11 000 personnes dépistées lors de l’édition précédente.

« Nous travaillons en partenariat avec la Fondation Sylvia Bongo Ondimba et donc plusieurs activités au cours de ce mois d’octobre seront organisées, notamment la sensibilisation et le dépistage. L’année dernière nous avons dépisté 11 000 personnes. Et cette année, nous avons mis en contribution les structures privées, afin que plus de personnes se fasse dépister», a fait savoir le ministre de la Santé, Dr. Max Limoukou, quelques temps après la cérémonie de lancement de la campagne le samedi 28 septembre dernier au Centre hospitalier régional de Franceville Albertine Amissa Bongo.

Engagée à aller en guerre contre les cancers féminins au Gabon, Sylvia Bongo, armée de sa Fondation éponyme, tient à élargir son terrain d’actions, en investissant le terrain de l’arrière-pays, afin de permettre à un maximum de femmes d’être sensibilisées et dépistées. C’est ainsi que, de façon inédite, l’opération « Octobre rose » a été initiée à Franceville.

Concernant les femmes âgées de 20 ans au minimum, les tests de dépistage sont, à cette occasion, gratuits sur toute l’étendue du territoire national et les résultats sont donnés sont donnés séance tenante.

Si tant est qu’au Gabon le taux de guérison des cancers du col de l’utérus et du sein s’élève aujourd’hui à 80%, il y’a néanmoins que le taux de mortalité du cancer de l’utérus reste prééminent. Mais il vaut mieux se faire dépister à temps pour éventuellement trouver guérison à temps.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici