Une vue de l'espace de stationnement des camions et d'autres véhicules à Awendjé. © I24GABON 2019

Dans le souci de sécuriser les infrastructures urbaines et remettre de l’ordre dans le patrimoine routier, une équipe conduite par Arnaud Engandji, a effectué une descente à Awendjé, dans le 4e arrondissement de Libreville, afin de procéder au déguerpissement des transporteurs stationnés en face de la voie expresse.

« Le site d’Awendjé était devenu un nid des divorcés sociaux qui ont pris d’assaut cette infrastructure pour des activités malsaines ». A en croire ce riverain, « cette occupation anarchique et illégale met les transporteurs en insécurité. Et c’est pour garantir la sécurité de tous que cette opération a été diligentée ».

Le chef de quartier Awendjé a salué cette opération initiée par le ministre de l’Équipement car, dit-il, « les populations sont en insécurité avec l’occupation illégale des alentours de ce parking par les hors-la-loi. Aujourd’hui, ce site est libéré des occupants illégaux et peut continuer à exercer pleinement ses activités dans les normes administratives, pour le bonheur de tous« .

Des gros porteurs stationnés sans sécurité juste en face de la voie expresse. © I24GABON

Depuis plusieurs années, le déguerpissement est pratiqué au Gabon comme un mode de régulation de l’espace urbain. Dans la perspective d’une meilleure maîtrise du développement des villes, l’Etat et les collectivités territoriales ont eu recours à ce procédé pour juguler les occupations illégales du domaine public.

Arnaud Engandji entouré de la presse lors du déguerpissement. © I24GABON

Les résultats de ces opérations n’ont guère été concluants. Face à la détérioration de la situation au cours de ces dernières années, on assiste actuellement à un regain des déguerpissements, notamment à Libreeville.

En effet, les nouvelles autorités gabonaises ont durci la politique urbaine, d’abord en s’attaquant à des symboles forts de l’occupation illégale, voire contestataire, de l’espace, puis en suggérant une réoccupation des lieux déguerpis plus conforme à l’image d’une métropole moderne. Pour autant, si cette politique commence à être comprise, on est encore loin d’une remise en ordre de l’espace public urbain.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici