Bien que soutenant les mesures d’austérité mises en place depuis le jeudi 21 juin 2018 dernier par le gouvernement, l’Union Sacrée pour la Patrie (USP) a toutefois manifesté, au cours d’une conférence de presse le vendredi 03 août 2018, sa désapprobation face aux mesures administratives qualifiées « d’illégales » dont font l’objet les agents publics en ce moment et «qui sont l’œuvre du ministre de la Fonction publique».

Le porte-parole de la centrale syndicale l’Union Sacrée pour la Patrie (USP), Wilfried Erisco Mvou-Ossialas a qualifié le vendredi dernier, l’opération de mise sur bon de caisse des fonctionnaires de la province de l’Estuaire, puis de l’instauration dans les services de chaque administration des fiches d’émargements, devant attester de la présence au poste de ces agents publics, « d’illégal et d’irrespectueux ».

i24gabon soutient la lutte contre la violence et la consommation de substances illicites en milieu scolaire

Considérant que ces réformes soumises au Parlement et à la Cours constitutionnelle avaient déjà fait l’objet d’un rejet, il exige à Ali Akbar Onanga de faire preuve de considération envers les travailleurs. « Demander à un agent public de devoir s’abaisser à remplir une fiche de présence au poste et cela chaque jour, est tout simplement dégradant et humiliant. Nous estimons qu’il n’est pas juste que pour une question de signature, on puisse couper un fonctionnaire son salaire ou une partie de son émolument », a-t-il expliqué.

Prenant les textes pour appui, et s’adressant à Ali Akbar Onanga, Wilfried Erisco Mvou-Ossialas a déclaré : «L’USP demande au ministre de la Fonction publique de respecter les travailleurs en général et les fonctionnaires en particulier. Par l’application stricte des textes et lois de la République, plutôt que de nous imposer une dictature au sommet de l’administration en violation permanente des droits des fonctionnaires régis par la loi 1/2005 et 8/91. Pourtant statut général de la Fonction publique et statut général des fonctionnaires. Qui ne reconnaissent nullement que le fonctionnaire est payé au prorata des heures travaillées ».

Daisy Ntongono

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici