Au moment où la récente hausse du prix du carburant a pour conséquence immédiate une hausse notable du ticket de transport sur certaines destinations de l’intérieur du pays, le nouveau maire de la ville d’Oyem, tenterait de renouveler la desserte aérienne de cette capitale provinciale du Woleu-Ntem. Mais à quel prix?

Bientôt seront prises d’assaut l’aéroport international Léon Mba, la gare ferroviaire et toutes les gares-routières de la capitale. Entre festivités diverses au village et découvertes, plusieurs milliers de Gabonais vont voyager.

Cependant, contrairement aux années antérieures, des familles devront débourser plus que d’habitude selon les destinations. Et pour cause, le prix d’un ticket de transport ayant passé du simple au double quasiment. La hausse du gasoil et de l’essence à la pompe est passée par là.

Pour ce qui est de la ville d’Oyem, une des destinations connue pour le goût très prononcé de ses ressortissants à y aller autant que possible et très régulièrement, son maire, Christian Abessole Mengue, à peine  a t-il pris ses fonctions, veut que sa ville soit desservie par une compagnie aérienne locale. Mais à quel prix?

Selon nos confrères de focusgroupemedias.com,  le nouvel édile aurait conclu un accord avec Ben Ndema, le patron de la compagnie Tropicale Air Gabon.

De cet accord, il ressort entre autres qu’au départ de Libreville, le voyageur devra débourser soixante quinze mille XFA (75.000) en aller simple pour rallier Oyem.

Visuel de Tropical Air Gabon sur la desserte Libreville-Oyem-Libreville

Fait curieux, pour la même distance, en partance d’Oyem, le voyageur devra payer à partir de quatre-vingts cinq mille CFA (85.000). Et qu’à ce prix, la compagnie offrirait là, le prix le plus bas du marché, selon le maire de la commune d’Oyem. Ce qui constitue une « publicité totalement mensongère », martèle un Oyemois: « jamais le prix du billet d’avion aller simple en partance ou au départ d’Oyem n’a dépassé soixante quinze mille cinq cents FCA auparavant ».

Aussi, pour quelques 45 minutes environ de vol, nombreux sont les gabonais qui se demandent s’il n’y a pas comme une arnaque qui ne dit pas son nom derrière cette démarche du nouveau maire qui somme toute, peut être appréciable sur le fond.

Par ailleurs, d’autres pourraient voir en la cherté des coûts de transport au Gabon, un sérieux obstacle à la promotion du tourisme qui bat de l’aile depuis des lustres, conséquence parmi tant d’autres raisons y relatifs, du piteux état routier décrié par tous.

Concernant les nouvelles autorités municipales de la ville d’Oyem, il est appréciable que la volonté de servir son peuple y soit. Encore qu’il faut que des efforts de flexibilité économique qui tiennent compte de la pénibilité du citoyen Gabonais à survivre dignement aujourd’hui soit mise en avant.

Philippe Nzamba

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici