A l’occasion de la 22ème conférence internationale sur le Sida, débuté le lundi 23 juillet 2018 dernier à Amsterdam aux Pays-Bas. Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, a déploré le fait que la riposte mondiale au VIH se trouve aujourd’hui dans une situation préoccupante et que les objectifs primordiaux fixés pour l’an 2020, soient désormais incertains.

« Des régions entières prennes du retard, les grands progrès que nous avons réalisés concernant les enfants ne sont pas pérennes. Les femmes restent les plus touchées, les ressources ne sont toujours pas à la hauteur des engagements politiques et les populations clés continuent d’être laissées pour compte », a indiqué le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé, pour qui autant d’éléments contribuent à freiner les progrès dans la lutte contre le Sida.

Pour lui, les objectifs fixés pour l’année 2020, dont celui d’arriver à atteindre moins de 500 000 décès liés au Sida, s’amenuisent au fil du temps. « Selon nos chiffres, en 2017 près de 36 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde ; 21 millions ont pu avoir accès au traitement ; 1,8 millions ont contracté le VIH et enfin, 940 000 personnes sont décédées de maladies liés à l’épidémie ».

Selon le dernier rapport de l’Organisation présenté par Michel Sidibé lors de cette Conférence, intitulé « Un long chemin reste à parcourir », il ressort que la riposte mondiale au VIH se trouve dans une situation alarmante. « Si les principaux acteurs de la lutte contre le Sida craignent qu’on ne parvienne à atteindre les objectifs fixés, c’est que l’on note une nette régression dans la lutte qui est la nôtre », a-t-il déclaré au cours de son allocution.

Convaincu que rien n’est encore perdu, et que tout est toujours possible pour atteindre les objectifs du départ, le président exécutif de l’Onusida a indiqué aux différents participants que ledit rapport est également un appel adressé aux Etats « à prendre des mesures immédiates visant à mettre le monde sur la bonne voie et ainsi atteindre les objectifs primordiaux de 2020 ».

Daisy Ntongono

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici