L’état de dégradation piteux de la Route Nationale, Libreville – Ndjolé, longue de 91,7 Km, est aujourd’hui considéré par les usagers comme étant la cause principale de la plupart des accidents mortels de la circulation et des dégâts matériels, rapporte le correspondant d’i24gabon dans le Komo-Mondah.

Cette distance est difficilement praticable, surtout après le passage des grandes pluies, pour qui connait la saison des pluies en République Gabonaise.

«Rouler sur cette route, c’est courir un gros risque, car les véhicules subissent régulièrement des pannes à cause des nids-de-poule. Le goudron n’est plus visible à certains endroits», a fait remarquer un transporteur.

Maître Koulibaly est chauffeur de camion rencontré sur cette route : «A chaque voyage je suis obligé de changer les amortisseurs ou les suspensions de mon véhicule à cause du mauvais état de la route».

Pour Brice Bibang, «Libreville – Ndjolé est le tronçon le plus dégradé». Par contre.

Dans tous les cas, à l’état actuel de cette route, les usagers font 4h ou 6h heures de parcours entre Libreville – Ndjolé (91, 7Km). A cela s’ajoute l’étroitesse de la chaussée.

Notre reporter, de retour d’un séjour de travail à Oyem a rencontré des passagers à Ntoum. Ils ont fait savoir : «C’est la petitesse de la route qui occasionne les nombreux accidents, parfois mortels sur cette route».

En attendant les travaux de colmatage encore non envisagés par le Ministère des Travaux Publics (MTP), les usagers de la route Libreville – Ndjolé prennent leur mal en patience.

 

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici