Le premier ministre lors de la rencontre du 20 septembre avec les partenaires sociaux et associations. © I24GABON.

Résolument engagé à garantir aux apprenants et aux enseignants une année scolaire apaisée, le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, a présidé ce vendredi une réunion de travail à laquelle étaient conviés les acteurs du secteur de l’éducation. De cette assise, plusieurs annonces ont été faites par le premier ministre.

Dans la fièvre de la rentrée scolaire, Julien Nkoghe Bekale ne cesse de multiplier les rencontres avec les acteurs du secteur de l’éducation. Ministres, partenaires sociaux, syndicats, associations, tous étaient réunis ce vendredi 20 septembre à l’immeuble du 02 décembre, suite à l’invitation du premier ministre du 19 du même mois.

Cette réunion, qui s’est tenue quelques temps après la visite de certains établissements de la capitale par le premier ministre, à été l’occasion pour le chef du gouvernement de dresser tout un programme marqué d’annonces importantes en matière de construction d’infrastructures scolaires.

Visite des travaux quelques temps avant la même rencontre.
© I24GABON.

« Sur l’année 2019-2020, nous comptons construire 803 salles de classe. 2020-2021, nous allons construire 862 salles de classe, avec cette fois-ci un ratio de 50 élèves par salle de classe. 2020-2022, nous proposons de construire 1315 salles de classe, pour un ratio de 40 élèves par salle de classe », a annoncé le premier ministre avec beaucoup d’assurance.

Les partenaires sociaux, syndicats et associations, à qui le premier ministre a demandé plus d’implication pour la sérénité de cette année scolaire, ont rassuré d’accompagner le patron de la primature dans cette initiative.

Réconforté par ses hôtes, Julien Nkoghe Nkoghe Bekale a fait le pari de respecter sa part du contrat : «  Je voudrais prendre avec vous le pari, si vous le souhaitez, que cette année, il n’y ait pas d’arrêt des cours ; du 30 septembre jusqu’au 30 juin, que nous respections notre calendrier pédagogique ».

Toute chose qui pourrait permettre, au terme du recensement des fonctionnaires, la régularisation de certaines situations administratives et le paiement des rappels.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici