Situé à environ une quarantaine de kilomètres de la capitale provinciale (Franceville), le département Lékabi Léwolo dont Ngouoni est le chef lieu, s’affiche dans la province du Haut-Ogooué comme le bastion du Parti Démocratique Gabonais (PDG) tel que l’illustre les multiples résultats électoraux en provenance de cette contrée, dont la mutation figurante a fait pâlir de jalousie les ressortissants environnants.

Voici un fait qu’on ne saurait faire passer sous silence : la composante sociologique du coin, qui se désigne en termes de Téké que sont Ngouoni et Assiami auxquels un greffon s’est ajouté à l’initiative du général tonnerre (au firmament de son règne sans partage), en complicité avec les fondateurs de cette excroissance d’Assiami que l’on désigne par Bayi.

Le reste, c’est des villages de peuplement obamba. Et la mention « pitié » est l’interjection qui exprime le mieux l’état des villages de ces derniers (Ondili, Eyouga, Okoumbi, Oyou, Ekouma, Allélé 2, Omoye et Okangoville) tant le déséquilibre abyssal qui caractérise ce département en terme de constructions, ne se justifiera jamais par la seule volonté des natifs de Ngouoni de bâtir leur village aux normes de standard de cités ultramodernes.

Alors, que ne dit-on pas ? Parmi la kyrielle des départements qui saturent la province du Haut-Ogooué, Lékabi-Léwolo a eu la faveur d’être traité tel un enfant gâté et capricieux aux yeux du patriarche qui a su faire droit aux sollicitations multiples à cet effet. Malheureusement, sans trop épargner la complicité des cadres obamba, qui ont eu de l’affection pour des espèces sonnantes et trébuchantes au grand dam des projets structurants dans leurs villages respectifs, complète ce drame générationnel. Vous les connaissez, certains sont devenus opposants.

Sauf que, jusqu’à ce jour le calme qui est observé par cette frange majoritaire dans le département ne semble ni émouvoir, encore moins interpeller personne, et ce jusqu’aux oisifs cadres politiques dénués de tout contact avec « l’arrière département » qui ne se souviennent de leurs misérables électeurs qu’à l’approche des joutes électorales… attention ! Leurs enfants ont grandi, ont appris et sont bardés de diplômes, donc la cellule d’un orage politique est perceptible, tant d’adhésion mécanique risquera de faire à une « adhésion motivée » en phase avec « l’intelligentsia » qu’ils veulent représenter pour affirmer leur qualité d’électeur éclairé : « on ne vous doit rien ! ».

Prenant appui sur le manque de promotion des cadres obamba qui ne déméritent pas, au regard de la propulsion fulgurante de leurs voisins, cancres pour la plupart, au mépris de leur contribution sans égale dans l’affirmation politique de ce département, ils réclament que cette fois le partage « doit être étendu à tous ! Sinon rien à foutre et la contestation sera au rendez-vous car, nous savons pertinemment ce que le président Ali Bongo n’aime pas entendre », clament-ils.

« Il est inadmissible que le fonctionnement de notre département soit aussi sur une implication sans exclusive en période électorale, et que les fruits générés par cette mobilisation soient abusivement confisqués par les seuls Téké qui en tirent la pleine jouissance. Donc, à nous le vote et à eux la prospérité ? », s’interroge un jeune cadre du département.

« Vous qui êtes toujours là ou qui arrivez à peine, prenez cette grogne naissante et administrez-la une dose de reconnaissance suffisante en terme de promotion et de mérite pour conjurer l’explosion d’un département dont les socles de l’unité s’érodent à chaque fois qu’on entend que vous », conclut-il.

3 Commentaires

  1. I24 les choses de la honte. Cette image, ce sont des étudiants de l’USTM assis à l’occasion d’une AG. En quoi, elle passe pour population Ngouoni? si vous n’avez pas d’image laissez l’info sans image ou sinon mettez un logo. Car ces visages qui sont la, non rien à voir avec votre info, j’espère bien que vous mesurez les conséquentes.

  2. Vous faites dans du faux et usage de faux! la photo de votre article ne résume en rien la population obamba mais un groupement d’étudiant de l’USTM ressortissant du Woleu-Ntem.

  3. Donc dans votre maboulisme incommensurable incompétence c’est les images d’étudiants que vous avez choisi pour mettre dans la photo de votre maboulou reportage la quoi??? LE FEU SUR VOUS SI C’EST LES ENFANTS D’AUTRUI QUE VOUS VOULEZ EXPOSZER

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici