Plusieurs fois reportées, les prochaines élections législatives s’annoncent rudes dans la capitale de la neuvième province du Gabon. Réputée rebelle et hostile au système Bongo-PDG, la ville d’Oyem représente un enjeu stratégique. Y gagner une élection est un vrai parcours du combattant.

Le deuxième arrondissement de ladite ville se présente comme celui de tous les enjeux au regard des personnalités qui y convoitent un siège à l’Assemblée Nationale. Plusieurs noms sont avancés. Si pour les partis politiques de l’opposition les chances semblent s’amenuiser du fait des dissensions entre les soutiens  de Jean Ping, le Parti Démocratique Gabonais pourrait sortir son épingle du jeu.

Ancien secrétaire général du Ministère des Infrastructures et membre du bureau politique du parti au pouvoir, Antoine Menie m’Eyi pourrait porter les couleurs du parti d’Ali BONGO. Seul hic, l’homme est réputé absent du terrain et pas très généreux. Deux défauts qui pourraient sans doute jouer en sa défaveur.

Dans le camp des indépendants, Estelle Ondo se présente comme la principale protagoniste. Issue de l’une des familles les plus influentes de la commune d’Oyem, la membre du Gouvernement a su capitaliser sa présence aux affaires pour se faire une place dans les coeurs des Oyemois. Très présente sur le terrain depuis plusieurs mois, elle multiplie des actions sociales en faveur des populations de sa ville natale. Un coup sûr!

Un peu surprenant, pour cette élection il faudra compter sur ceux qu’on appelle « les jeunes loups » emmenés par Pacceli BIKORO. Ce jeune de trente quatre ans a été pendant longtemps la machine à penser de plusieurs hommes politiques. Fin stratège, celui qui en 2016 avait fait parler de lui avec son concept « Jean Ping c’est dosé » entend ravir le siège du deuxième arrondissement de la localité à ses aînés. « Ce jeune est à surveiller de très près. C’est le genre de gamins qui arrivent et bousculent tout comme Macron en France », lâche un fin connaisseur de la politique dans le Woleu-Ntem.

Très présente sur le terrain ces derniers mois, l’Association des Jeunes Émergents Volontaires (AJEV) pourrait jouer les troubles-fêtes à cette grand-messe. Selon certaines indiscrétions, l’actuel président d’honneur de cette plateforme pour la coordination de la ville d’Oyem, Parfait Duffy Bibang, entend surfer sur la réputation dont jouit l’AJEV pour intégrer la représentation nationale. Entrepreneur prospère, le natif du quartier Mfoul à Oyem sera sans doute dans le dernier carré de cette élection.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici