C’est au cours d’une déclaration faite le samedi 13 octobre 2018 dans la capitale économique du Gabon que Marc Logan Tchango Nang-Nguema, fils de l’ancien ministre et richissime homme d’affaires Gabriel Tchango, candidat aux élections législatives dans le quatrième arrondissement de Port-Gentil, vient de renoncer à prendre part au second tour du scrutin prévu pour le 27 octobre prochain. Il ouvre ainsi un boulevard à Marcellin Moussavou, candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) et laisse sans voix tous ses électeurs.

Marc Logan Tchango Nang-Nguema est manifestement la plus grosse arnaque politique de l’année. Arrivé au second tour du scrutin avec 1017 voix soit 25,31% contre Marcellin Moussavou du Parti Démocratique Gabonais (PDG) premier avec 1699 voix soit 42,28%, le revirement spectaculaire de ce néophyte politique ressemble plus à une escroquerie qu’à autre chose. Le 09 octobre 2018, il déclarait sur sa page Facebook: « Je vous le disais hier. Le Centre Gabonais des Élections (CGE) l’a confirmé. J’affronterai Marcellin Moussavou, le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) pour le compte du second tour des législatives (…). Je compte sur chacun de vous pour l’échéance à venir. Je compte sur chacun de vous pour paver le chemin du Réveil Républicain ».

Moins de cinq jours après, Marc Logan Tchango Nang-Nguema capitule: « J’ai pris la décision difficile mais stratégique, encore une fois, de ne pas participer à ce deuxième tour de l’élection législative (…) Aujourd’hui nous sommes dans une situation où partir à cette élection reviendrait à ne pas tenir la ligne de conduite que j’ai donné au Réveil Républicain. J’ai décidé de soutenir les bonnes actions du Président de la République. Je n’ai pas décidé d’aller aujourd’hui au front directement contre le Parti du Président Ali Bongo ».

Déjà, des interprétations de toutes sortes fusent à la suite de cette décision. Pour la majorité des Gabonais, cette dernière serait la conséquence d’un « deal » passé avec le Parti au pouvoir et ce, dans le dos des électeurs. Une chose est certaine, cet acte vient de faire de Marc Logan Tchango Nang-Nguema un mort-né politique.

Albert Nzigou

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici