Catherine Pulchérie Matteya, a annoncé au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 1 août 2018, le retrait de son mouvement la SYNAPER-Douane de la Fédération des syndicats des régies financières et administrations assimilées (FESYREFAA) soupçonnée de rouler les mécaniques pour le compte du gouvernement.

Alors que les mesures d’austérité mises en place par le gouvernement gabonais font couler beaucoup d’encre et de salive, la position de certains acteurs quant à cette actualité causerait l’implosion de la Fédération des syndicats des régies financières et administrations assimilées (FESYREFAA), accusée d’être devenue une caisse de résonnance du pouvoir.

i24gabon soutient la lutte contre la violence et l’usage des substances illicites en milieu scolaire

«Lorsqu’un refrain nauséabond sorti des décombres les plus infâmes affirme que toutes les régies financières et administrations assimilées en chœur, valident les mesures d’austérité du gouvernement, SYNAPER-Douane tient à se démarquer vigoureusement de ses inspirateurs. Mais surtout à stigmatiser ses chantres englués dans les compromissions les plus avilissantes », a déclaré la présidente du SYNAPER-Douane, Catherine Pulchérie Matteya.

La présidente de SYNAPER-Douane affirme que son mouvement syndical et la FESYREFAA ne visant plus le même objectif, ne défendant plus le même combat et n’ayant surtout plus la même vision, il serait préférable de s’y retirer pour rejoindre un mouvement qui semble encore partager leur valeur. «Nous avons décidé de rejoindre dores et déjà la Confédération syndicale Dynamique unitaire. Un mouvement des agents publics dont nous estimons être encore crédible au regard du combat qui est le nôtre», a-t-elle expliqué.

Une rupture qui survient quelques semaines après la sortie médiatique peu attendue de l’Union sacrée pour la patrie (USP). Une conférence durant laquelle Erisco Mvou Ossialas avait annoncé que ce mouvement syndical était totalement favorable aux mesures énoncées par le gouvernement. Et que contrairement à d’autres, ils sont prêts à coopérer avec l’Etat pour la bonne marche de cette opération.

Daisy Ntongono

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici