A l’orée des élections législatives qui se profilent lentement mais surement à l’horizon, peut-ont envisagé, une élection sans la participation de tous ces grands noms politiques ou leur rejetons au profit d’une autre  jeune génération?

Depuis toujours dans notre pays, à chaque élection, on a toujours assisté impuissant à la déclaration de candidatures des même leaders politiques ou de leurs rejetons. D’année en année, se fut toujours les mêmes visages qui sont  imposés au peuple. Certes un pays ne saurait se forger sans l’expérience de personnes âgées. Mais pour une fois, il serait souhaitable que pour les élections avenir, en l’occurrence ceux d’Avril prochain, au lieu de se déclarer candidat pour obtenir un  siège à l’Assemblée nationale, ou pour espérer conserver son poste, les leaders politiques, prennent le parti de soutenir un jeune pour un siège de député.

Ce qui est demandé ici, tant aux leaders politiques de la majorité qu’à ceux de l’opposition, c’est de faire le choix de promouvoir la candidature des jeunes pour les élections législatives prochaines. Accepter de ne plus être au-devant de la scène, mais plutôt à l’arrière-plan. Le but étant non pas de porter haut, exclusivement la candidature des jeunes dont les parents sont des visages emblématique de la scène politique de notre pays, mais de faire le choix de soutenir et de promouvoir la candidature des jeunes de toutes les colorations sociales. Car nous savons tous,que même dans les quartiers les plus enclavés de notre cité, il est possible de trouver des jeunes dynamiques, ambitieux, charismatiques, et possédants le leadership nécessaire pour siéger à l’Assemblée nationale.

Le tout est de savoir si le président du parti politique de l’opposition radicale l’Union nationale, le grand Zacharie Myboto, si Alexandre Barro Chambrier le président d’Héritage et Modernité, ou encore s’il est possible que le président du Centre des Libéraux réformateur, le roitelet Jean Boniface Asselé, et les cadres du parti démocratique gabonais (PDG)… accepteraient de se relayer au second plan, et de soutenir la candidature des jeunes de tous bords, qui souhaitent eux aussi à leur tour, contribuer au devenir de notre pays. Et qui dès aujourd’hui, se sentent capable de représenter valablement nos concitoyens au parlement, quitte-à œuvrer ainsi à un véritable renouvellement de l’élite politique.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici