Accusé d’être à l’origine d’importants écarts de facturation de règlement, destinés aux travaux de terrassement et de validation du site Mangouba, le Bureau Veritas serait menacé de poursuite judiciaire dans les prochains jours par la Société Nationale Immobilière (SNI). Cette dernière entend faire la lumière sur toute cette affaire.

La SNI envisage de faire la lumière sur le règlement des factures d’un montant de plus 14 milliards de francs CFA, présentées par l’entreprise EGCA. Un paiement qui aurait reçu l’accord du Bureau Veritas dans le cadre des travaux de terrassement et de viabilisation du site Mangouba dont les parcelles ont été commercialisées en 2014.

En effet, suite à un audit commandité par Hermann Kamonomono, le Directeur Général de la Société Nationale Immobilière (SNI). Il en ressort que le montant déboursé pour ces travaux serait excessivement à la hausse, compte tenu de l’ouvrage accompli par la société EGCA. « Entre les factures réglées et l’exactitude des travaux effectués, il y a véritablement un grand écart. Après une contre-expertise il nous est revenu que ceux-ci ont été arrêtés suite à l’arrêt de financement par les banques. Mais nous remarquons des tirages d’environ 14 milliards de francs CFA pour des travaux ne correspondant pas à cette sommes », a-t-il indiqué.

Toute chose qui a contraint la direction générale de cette société immobilière à prendre des mesures d’ordre légal contre EGCA. Car selon Hermann Kamonomono, « Le non-respect des engagements des parties et les faibles ventes des lotissements, ont conduit à l’arrêt du chantier et causé des préjudices à certains acquéreurs qui depuis 2014, sont toujours dans l’attente de la viabilisation de leur parcelles pour enfin débuter leurs projet de construction. Il est temps que chacun prenne ses responsabilités concernant les manquements constatés dans le cadre de ce projet, comme dans tous les autres chantiers à l’arrêt »Le Bureau Veritas dans de sales draps
, a-t-il déclaré.

La SNI invite également le Bureau Veritas à aller s’expliquer sur les raisons qui l’ont conduit à la validation des factures contenant beaucoup d’irrégularités. Car celle-ci est plus que jamais déterminée à poursuivre en justice tous les acteurs impliqués dans ce projet.

Daisy Ntongono

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici