Laurence Ndong, déçue par son camp politique, appelle à un changement de comportements. © I24GABON 2019

Le leader de l’opposition et membre de la diaspora a déclaré le 10 septembre 2019, au cours d’un live sur sa page Facebook, qu’: « elle regrette amèrement le fait que l’opposition gabonaise ne soit pas capable de proposer une réelle stratégie pour faire bouger les choses ».

Tout en affirmant que les grands leaders de l’opposition gabonaise brillent aujourd’hui par leur incapacité à voir sur le long terme. Elle prendra pour exemple l’appel d’un haut cadre de la CNR qui était à cours de vision pour déterminer le rôle central que joue la Cour Constitutionnelle lors des élections présidentielles.

« Pendant 3 ans, nous avons fait des manifestations avec des résultats relativement faibles par rapport au coût humain que tout cela a engendré », analyse-t-elle, appelant l’opposition à changer de stratégies: « C’est la raison pour laquelle nous avions proposé et soutenu l’idée de la candidature unique en 2016. Cela permettait à l’opposition de sortir de ce cycle de manifestations qui ne servent quasiment à rien », poursuit-elle.

Au-delà des guerres d’égo qui minent son camp, elle exhorte ses soutiens à plus de cohésion et à une réelle réflexion au-delà des coups d’épée dans l’eau menés quotidiennement par l’opposition et qui n’apporte aucun résultat. Elle ajoutera même que les actions menées à grands frais décrédibilisent leur « combat » car l’opposition ne brille plus que par sa capacité à véhiculer des fakes news et à monter des théories scabreuses comme celle qui revient à chercher une intervention de la France dans tous les problèmes du Gabon.

Illustrant entre autres, la vision de l’opposant Raymond Ndong Sima, qui déclarait le 25 juillet 2019, au micro de Radio Gabon que « la politique n’est pas une opposition d’individus mais une opposition de solutions ».

Laurence Ndong affirme cependant que son camp politique n’a jamais jusque-là élevé le débat et éclairé réellement les populations sur une réelle conduite à tenir. Pour elle, il faut que cette sortie médiatique face école auprès de ses alliés et rétentisse comme le point de départ d’un mouvement constructif et non comme une attaque qui verrait encore une fois éclatée une guerrre de leadership dans l’opposition.

La candidature unique aurait pu permettre à l’opposition d’atteindre un objectif clairement défini, indique le membre de la diaspora. « C’était un schéma gagnant-gagnant qu’on proposait à l’opposition. Mais certains ont préféré maintenir la stratégie de l’agitation dans la rue. On est las de tout ça. Il faut qu’on sache ce que l’on veut au niveau de l’opposition. Soit on veut atteindre un objectif ou alors on veut juste faire de l’agitation », s’insurge -t-elle.

« Cela veut dire qu’une opposition qui n’accède pas au pouvoir ne sert à rien, » explique Laurence Ndong, tout en précisant que « les 3 années de manifestation de la diaspora ont permis à chacun de savoir que ce n’est pas de cette manière-là qu’on arrivera. Donc il faut changer de stratégie ».

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici