De retour de New-York, au Etats-Unis, où il a pris part au Sommet sur le climat convoqué par le secrétaire général de l’Organisation des nations-unies (ONU), Antonio Guterres, le ministre gabonais de la Forêt, de la mer, de l’environnement, chargé du plan climat, Lee White, a été reçu ce mardi par le président de la République, Ali Bongo Ondimba. Au palais présidentiel, le ministre a fait le point sur l’accord entre le Gabon et la Norvège.

En marge de la 74ème session de l’Assemblée générale de l’Organisation des nations-unies (ONU), réunie du 17-30 septembre dernier à New-York, s’est tenu le 23 septembre le Sommet Action Climat, auquel a pris part le ministre gabonais de la Forêt, de la mer, de l’environnement, chargé du plan climat, Lee White. A ce Sommet, il a été annoncé un accord indiquant l’octroi de 150 millions de dollars, soit près de 90 milliards de francs CFA, par la Norvège à l’Etat gabonais, dans le cadre d’un contrat de dix ans pour sa réduction des émissions de gaz à effet de serre et pour l’absorption du dioxyde de carbone (CO₂,) par ses forêts naturelles.

De son retour de New-York, le ministre Lee White est allé faire le point des actions menées par son département ces dernières semaines au président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui l’a reçu à son cabinet de travail ce mardi 1er septembre, à la veille du Conseil des ministres qui a eu lieu ce matin. Il s’est surtout agi pour le membre du gouvernement de faire état de l’accord entre la Gabon et la Norvège.

« Le président de la République m’a reçu pour faire le point sur mon déplacement sur New-York. J’étais au Sommet du secrétaire général des Nations-Unies sur le changement climatique, qui a eu lieu en marge de l’Assemblée générale. Lors de ce Sommet, le Gabon et la Norvège ont annoncé un accord de 150 millions de dollars, qui va aider le Gabon à poursuivre tout ce qu’il fait sur la bonne gestion de la forêt », a rappelé le ministre Lee White, après l’entretien avec le chef de l’Etat.

Un accord que le ministre gabonais en charge de la Forêt trouve d’ailleurs intéressant pour plusieurs raisons, en indiquant la place de la Norvège dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour Lee White, « la Norvège est le pays qui contribue le plus pour la lutte contre le changement climatique. Et leur validation du processus que le président de la République a mis en place depuis qu’il est élu, avec l’interdiction d’exporter les grumes, avec le plan climat, avec la loi sur le développement durable, avec le plan national d’affectation des terres. Et c’est la première fois, en Afrique, qu’ils aient signé un tel accord »

Ce qui, selon le ministre, montre bien le côté visionnaire du président de la République dans son combat pour la protection de la forêt, de la biodiversité et contre le réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici