société

Laboratoire Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics : des conditions de travail exécrables.


Placé sous la tutelle du Ministre chargé des Travaux Publics, le Laboratoire national du bâtiment et des travaux publics (LBTPG) peine à remplir correctement ses missions régaliennes faute de moyens conséquents et de mauvaises conditions de vie des agents.

Des locaux qui mériteraient une bonne cure de jouvence, des moyens roulants pas toujours conséquents, des salaires parfois non payés sur plusieurs mois, les salariés admis à faire valoir leurs droits à la retraite qui éprouvent toutes les peines du monde pour percevoir correctement leurs droits légaux, ainsi que leurs pensions vieillesses, des cotisations CNSS non versées… Autant de problèmes qui rythment la vie au Laboratoire national du bêtiment et des travaux publics (LNBTP) et qui méritent une attention toute particulière des autorités de tutelles. Mais encore, fraudrait-il que qui de droit y consente formellement. 


Placé sous la tutelle du Ministre chargé des Travaux Publics, le LBTPG a une organisation administrative et financière régie par le décret n°00901/MTPC du 07 Juillet 1982. Toutefois, il faut noter qu’au départ, la gérance du LBTPG avait été confiée par convention N°271 /TP, approuvée le 21 Février 1966, au Centre de Recherche et d’Etudes du Bâtiment et des Travaux Publics (CREBTP), organisme dépendant des Fédérations des Bâtiments des   Travaux Publics en France. 
Le LBTPG intervient dans l’exécution de tous les essais, analyses et recherches ; les études et contrôles concernant les sols, les matériaux et les techniques de construction. Il s’occupe également de la formation des techniciens de l’Administration dans les domaines de sa compétence et l’encadrement des stagiaires. En ce sens, les missions du LBTPG sont de contribuer à la décision des entités qui sollicitent son expertise pour ce qui est de la construction des bâtiments, routes, aérodromes, chemins de fer, ouvrages d’art, ports, barrages hydroélectriques, pylônes, réservoirs, stations-services et conduites mais aussi les études d’impact pour la préservation de l’environnement


Il s’agit donc d’une structure étatique dont l’expertise est cruciale dans la réalisation des travaux de BTP au Gabon. Pour cela, il faut évidemment que le LNBTP soit conquémment doté de locaux et de matériels de travail digne de ce nom, et surtout que les agents n’aient pas à subir le calvaire de plusieurs mois sans salaires comme ça a souvent été le cas ces dernières années.


Pour rappel, en octobre 2019, après un peu plus de 14 mois sans soldes, les agents du LNBTP ont dû leur salut à l’intervention de l’ODSGA, structure organisationnelle de défense des droits des travailleurs. Il en résulta notamment la diligence des autorités de tutelle pour le paiement des arriérés de salaires des agents. Pour autant, tout est loin d’être rentré dans l’ordre.


Warning: json_decode() expects parameter 1 to be string, object given in /homepages/45/d841531003/htdocs/clickandbuilds/i24gabon/wp-content/plugins/posts-social-shares-count/classes/share.count.php on line 86
comments icon0 comments
0 notes
84 views

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *