Les premières informations relayées à travers les réseaux sociaux faisaient état d’un refus des populations de cette petite bourgade de recevoir le don offert par Noureddin Bongo à l’ensemble de la population gabonaise, suite à l’appel à la solidarité nationale lancée par le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba. En réalité, il n’en est rien. Les denrées alimentaires apportées par le préfet de Bongoville sont un don de la députée Malika Bongo qui a tenu à aider les populations de sa circonscription électorale à faire face aux effets pervers de la covid-19 sur leur quotidien.

Au nom de leur fils, Alexis Ndouna, violeur présumé d’une mineure du nom de « Wally » et récemment décédé d’une maladie naturelle, le groupe de jeunes brigands, visiblement manipulé par des adultes de cette bourgade tapis dans l’ombre, avait cru bon d’agresser physiquement et verbalement une autorité administrative.

Selon plusieurs sources dans cette partie du Gabon, le préfet envisagerait d’ester ses présumés agresseurs en justice. Si l’enquête judiciaire est ouverte, il n’est pas à exclure que des personnalités de premier plan originaires de ce village soient « éclaboussées ».

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici