Alain Claude Bilié By Nze, Ministre d'Etat en charge de la Communication et la culture. @YoutubeSandieAdzabe

Il est utile de souligner ici les efforts consentis par le Ministre d’Etat , Alain Claude Bilie By Nze, pour donner un visage moderne au département dont il a la charge depuis quelques années. Dans le domaine de la culture particulièrement avec un horizon qui s’éclaircit progressivement sur la question des droits d’auteur. Mais aussi l’organisation, entre autres, de l’événement baptisé Gabon 9 provinces, dont l’objectif est de valoriser, durant neuf jours, la diversité culturelle des neuf provinces que compte le Gabon.

Dans le prolongement de cette dynamique, l’initiative d’une série d’hommages par le Ministère de la communication, de la culture et les médias publics à l’endroit des icônes de la musique gabonaise. C’est dans ce climat que Mackjoss, programmé avec son concours pour la prochaine séquence, a embarqué pour son voyage sans retour.

« Lorsqu’on perd quelqu’un, c’est toujours très affligeant. Lorsqu’on perd quelqu’un qu’on a connu et avec qui on a partagé un projet, ça l’est encore plus. Au moment où disparaît Mackjoss, nous étions sur le projet d’un hommage que le Ministère et les médias publics s’apprêtaient à lui rendre », a déclaré le Ministre de la Culture.

Mackjoss s’est énormément engagé au profit de ces hommages malgré sa maladie.

« Lorsque nous avons rendu hommage à Pierre Akendengue, Mackjoss a été là. Avec Hilarion Nguema et d’autres personnalités de la musique gabonaise. Nous avons rendu hommage à Pierre claver Zeng. Au lendemain de cet hommage, je suis allé le voir parce qu’il était hospitalisé. Il s’était fait opérer la veille. Le lendemain, je me suis rendu à son chevet et il a fait l’effort de se lever pour saluer mon arrivée. Nous avons échangé et il se montrait enthousiaste à l’idée d’être présent pour l’hommage que les artistes gabonais s’apprêtaient à lui rendre. Apprendre comme ça sa disparition alors qu’il était sur ce projet est naturellement affligeant », s’est confié Alain Claude Bilié By Nze.

Le Ministre de la Culture s’est résumé en disant que la disparition de Mackjoss avant son hommage devrait emmener à réfléchir avec la famille et les artistes sur les contours de son accompagnement vers sa dernièrement demeure. Et ce, dans l’unité, la dignité, l’humilité et le rassemblement comme l’a fait hier le Baobab à l’endroit et au profit de la musique gabonaise.

Sur la question des droits d’auteur : « Le remord aurait été pire ou plus grand si nous n’avions rien fait. […] Mackjoss était très ému. Et, il m’a dit qu’il a attendu toute une vie pour voir ça. Que ses enfants pourront au moins dire que leur père s’est battu pour obtenir les droits de son oeuvre. Il était donc optimiste et heureux de pouvoir toucher ce premier chèque qui n’était pas à la hauteur de son oeuvre mais qui était symbolique. Je pense qu’il l’a bien compris », a laissé entendre le Ministre.

Source de l’interview : Youtube Sandie Adzabe

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici