Forte présence des ordures ménagères dans les rues de la capitale gabonaise.

Depuis quelques jours, il n’y a plus de rotation de la part des camions de la société AVERDA, spécialisée dans la collecte des ordures ménagères.

Cette situation serait la conséquence des «  factures impayées » auxquelles fait face l’entreprise, à cause du non-paiement de ses prestations par l’Etat gabonais.

 Sur la vingtaine de camions affectés à la collecte des ordures dans la capitale gabonais, à peine 2 sont fonctionnels et peinent à collecter près de 300 tonnes d’ordures ménagères produites chaque jour dans cette ville qui connait une démographie galopante, avec environ une population estimée à 850 000 habitants.

Au siège d’AVERDA à Libreville, tous les autres véhicules sont garés, « soit parce qu’ils sont en panne et nécessitent une réparation, soit parce qu’il n’est plus évident pour l’entreprise de les approvisionner en carburant », explique un agent de cette compagnie.

Pour la plupart des habitants d’Akanda, une jeune commune située au nord de Libreville la capitale gabonaise « cela fait plusieurs mois qu’on n’avait plus vu les rues  dans un tel état d’insalubrité », d’où un « appel pressant » à l’autorité concernée de « trouver rapidement un terrain d’entente  avec la société chargée de la collecte des ordures» afin que les éboueurs reprennent normalement le travail.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici