C’est à l’occasion d’une rencontre citoyenne, ce mardi 30 octobre 2018 dans un hôtel de la capitale gabonaise, avec les militants et sympathisants de son Parti politique l’Union pour la Démocratie et l’Intégration sociale (Udis), venus célébrer avec lui sa brillante victoire aux dernières élections législatives qu’Hervé Patrick Opiangah s’est voulu rassurant sur l’état de santé d’Ali Bongo.

Sans langue de bois, Hervé Patrick Opiangah a tenu à  dissiper les malentendus sur la santé du Chef de l’État :« En dépit des spéculations indécentes,  des commentaires grotesques et malveillants quotidiennement distillés dans les médias, le Président de la République est bel et bien vivant, mais très fatigué », a t-il déclaré.

Selon Hervé Patrick Opiangah, reconnu comme l’un des plus proches collaborateurs d’Ali Bongo: « Si la situation du Président Ali Bongo Ondimba correspondait à celle que nous narrent les oiseaux de mauvais augure, je me trouverais à ses côtés, je ne serais pas en train de discourir ici », a t-il martelé. Un argument que l’on pourrait bien concéder au nouveau député de Mounana. La seule évocation de sa présence à Libreville, loin du Chef de l’État qui serait dans état critique ou donné pour mort, balaie du revers de la main toutes les hypothèses distillées ici et là par certains activistes et médias proches de l’opposition.

Une vue des militants et sympathisants de l''Udis lors de la rencontre
Une vue des militants et sympathisants de l’Udis lors de la rencontre

Par ailleurs, pour Hervé Patrick Opiangah: « Ali Bongo Ondimba n’est ni une machine, ni une créature surhumaine, mais un être humain, comme chacun de nous (…). Il lui arrive aussi de tomber malade. Cela n’a rien d’extraordinaire ».

Aussi, pour clore définitivement le débat sur la prétendue évacuation par avion médicalisé du Chef de l’État gabonais hors des frontières de l’Arabie Saoudite, le fils de Mounana s’est-il voulu explicite: « Notre Président n’est ni à Paris, ni à Londres, ni dans aucun autre des lieux pittoresques que nous décrivent les imaginations fertiles des sensationalistes. Il est à Ryad, en Arabie Saoudite. Lorsqu’il  ira mieux, il regagnera notre pays dans les prochains jours ».

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici