Notoirement reconnu comme l’auteur de plusieurs fake news qui polluent les réseaux sociaux au Gabon depuis plusieurs années, le pseudo activiste Thibault Adjatys vient une fois de plus de faire parler de lui en tentant de manipuler l’option sur l’opération « vipère » à la cité Alhambra.

Alors que beaucoup lui reprochent son manque de professionnalisme dans le traitement des informations qu’il relaie, Thibault Adjatys vient à nouveau de démontrer son amateurisme en véhiculant une information totalement erronée sur le recensement lancé par le Centre Technique de l’Habitat (CTH) à Alhambra. 

Dans une poste publié sur sa page Facebook intitulé: « Dieudonné FOUNGA, Directeur Général du Centre Technique de l’Habitat soupçonné d’extorquer des fonds aux occupants des logements ALHAMBRA », le pseudo activiste affirme que lors de l’attribution officielle des 202 logements de la parcelle 3 de la cité Alhambra par le Ministère de Habitat via sa Direction Générale, tout occupant ayant signé un contrat de bail avait payé une somme de 50.000 FCFA comme frais de dossier et s’interroge sur les raisons pour lesquelles le CTH « exige aux mêmes occupants de payer à nouveau 50.000 FCFA comme frais de dossier pour un renouvèlement de contrat de bail ». 

À lire aussi >>>Opération « vipère »: vers la fin du calvaire des occupants en situation irrégulière des logements sociaux d’Alhambra

Pour étayer son grossier mensonge, l’activiste s’appuie sur deux reçus de caisse d’un montant de 50. 000 FCFA chacun.  L’un datant de 2017 et l’autre de 2019. Les deux reçus appartiendraient, selon lui, à un même individu qui aurait payé deux fois les frais de dossiers pour le même logement.

Pourtant l’arnaque saute aux yeux. Les pièces de caisse autorisées par l’administration de l’Habitat sont personnalisées. Elles sont flanquées du logo de la défunte Société Nationale des Logements Sociaux (SNLS) pour certaines et le logo du CTH pour d’autre. Le reçu de 2017 présenté par Thibault Adjatys ne présente aucun des logos. Il serait donc un faux malgré la présence de la signature et le cachet de l’ancien Directeur Général adjoint de l’Habitat.

Reçu de caisse frauduleux (sans en-tête de l’administration) d’un résident de la parcelle 3, présenté par Thibault Adjatys

Reçu de caisse en bonne et due forme de l’administration

Nous nous sommes rapprochés du ministère de l’Habitat pour tenter d’en savoir plus. Selon un haut cadre de ce ministère : « Les résidents de la parcelle 3 n’ont jamais été détenteurs d’un quelconque contrat. Ils sont pour certains des squatters, des parents et amis(es) de certains hauts responsables du ministère, pour d’autres. Les travaux de cette parcelle n’étaient pas achevés que les logements avaient été envahis par des compatriotes. Certains voulant régulariser leurs situations au risque de perdre le logement ont entrepris des démarches officieuses auprès de certains hauts cadres du ministère qui ont, à cet effet, perçu des espèces sonnantes et trébuchantes. Les transactions étaient consignées sur des reçus achetés dans des papeteries et cet argent est allé directement dans les poches desdits hauts responsables. Les sommes d’argent remises à des tiers de façon frauduleuse ne peuvent donc être prises en compte par le CTH. Seuls les résidents de la parcelle 1 sont détenteurs des contrats en bonne et due forme de la SNLS », a-t-il confié.

Thibault Adjatys allègue par la suite que « ce dernier  [Dieudonné Founga] affirme à qui veut l’entendre qu’il ne prend pas en compte les frais de dossier qui avaient déjà été payés par ces occupants auprès de la Direction Générale de l’Habitat pour des raisons que lui-même connaît ». Pourtant le communiqué du Centre Technique de l’Habitat paru dans le quotidien L’union est précis : « dans un souci d’équité, tous les habitants qui disposent d’un contrat SNLS sont exemptés de tous frais de dossier ».

Pour rappel, le lundi 02 septembre 2019, le ministère des Aménagements fonciers, de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Logement, via le Centre Technique de l’Habitat, avait lancé l’opération « vipère » dans l’objectif de recenser et d’identifier les Gabonais qui occupent irrégulièrement les logements sociaux de la cité Alhambra à Angondjé afin de régulariser leurs situations respectives.

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici