Ce samedi, 14 décembre 2019, la Confédération gabonaise des syndicats des commerçants ( Cogasyc ) a animé un point de presse à son siège. Occasion pour son Secrétaire exécutif, Abbas Nziengui Mabika de revenir sur le conflit entre la mairie de Libreville et les commerçants de la capitale gabonaise tout en marquant son soutien à l’action de Léandre Nzue et de l’Inspecteur général municipal, Armand Dagraça.

C’est au cours d’un point de presse qu’Abbas Nziengui Mabika, Secrétaire exécutif  de la Cogasyc est revenu sur le conflit né des opérations de contrôle des commerçants de Libreville. Lesquelles opérations de contrôle ont vu la création spontanée de l’Union syndicale des acteurs  du commerce (Unsac), qui a récemment appelé à une grève de ses membres.

Dans son propos, Abbas Nziengui Mabika a tenu à rappeler le caractère illégal de l’Unsac tout en précisant que seule la Cogasyc dont il est le Secrétaire exécutif est légalement constituée et donc, la seule à représenter les commerçants.

Il s’est par ailleurs offusqué de l’attitude de l’Unsac qui a récemment appelé à un mouvement de grève dès ce lundi 16 décembre, alors que le maire de Libreville, dans le souci de travailler avec tous les groupes de pression, avait arrêté un chronogramme de travail avec  cette dernière. Lequel chronogramme n’a jamais été respecté par l’Union syndicale des acteurs  du commerce. « Le maire de la commune de Libreville, Léandre Nzue, a donné un canevas de travail, il les a demandé de lui fournir chaque fin du mois un bilan d’activité », a-t-il déclaré.

Aussi, le Secrétaire exécutif a-t-il tenu à rappeler à l’ensemble des commerçants la nécessité de s’acquitter des différentes taxes inhérentes à l’exercice du métier de commerçant, conformément aux dispositions légales. « La mairie vit des droits et taxes, donc en toute légitimité, elle a le droit comme lui confère le code général des impôts d’aller recouvrir ces droits et taxes », a-t-il précisé. Une façon pour cette confédération de marquer son soutien à l’action de Léandre Nzue et de l’Inspecteur général municipal, Armand Dagraça. Le deuxième est régulièrement incriminé de façon injuste dans l’exercice de ses missions régaliennes.

Pour rappel, l’Union syndicale des acteurs  du commerce avait appelé à un mouvement de grève dès ce lundi 16. Après une rencontre le samedi 14 décembre avec Jean François Yanda, Directeur général du commerce, l’Unsac s’est finalement ravisée en suspendant son mot d’ordre. Le même samedi, la Cogasyc avait d’ailleurs appelé l’ensemble des commerçants à ne pas respecter ce mot d’ordre de grève.

Philippe Nzamba

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici