Le Directeur de recrutements de la Fonction publique, James David Lawson Nkoma, répondant aux journalistes. © I24GABON 2019

Le ministère de la Fonction publique a servi de cadre ce vendredi à la cérémonie de remise officielle des attestations de recrutement à plus de 1000 agents jusqu’alors en situation administrative irrégulière. Ce sont les agents de l’Education nationale, de la Santé et de l’Enseignement supérieur qui ont reçu leurs attestations pour cette première vague.

Sur instruction du ministre de la Fonction publique, du travail et de la formation professionnelle, chargé du dialogue social, Marie Madeleine Berre, le Secrétaire général dudit département ministériel, Habiba Issa épse Yanga, a présidé ce vendredi 13 septembre, dans l’enceinte du ministère, la cérémonie de la remise officielle des attestations de recrutement aux agents de l’Education nationale, de la Santé et de l’Enseignement supérieur. Au total, 1013 attestations ont été délivrées pour 1013 agents de l’Etat qui ont finalement vu leurs situations administratives être régularisées.

« Il s’agit notamment de 880 dossiers pour le ministère de l’Education Nationale, 78 pour l’Enseignement Supérieur et 55 pour le ministère de la Santé », d’après les chiffres annoncés par le ministère de la Fonction publique.

Réunion de la cérémonie de la remise officielle des attestations de recrutement présidée par le SG de la Fonction publique, Habiba Issa épse Yanga. © I24GABON

Pour ce qui est du circuit du traitement des dossiers de recrutement d’un agent de l’Etat à la Fonction publique, le Directeur de recrutements de ce département ministériel, James David Lawson Nkoma, nous explique : « Lorsqu’on recrute un agent au niveau de la Fonction publique, c’est-à-dire que lorsqu’on lui attribue un matricule et qu’on lui remet son attestation de recrutement, en même temps que nous éditons l’attestation de recrutement, nous prenons aussi le projet d’arrêté portant intégration. Donc ce sont les actions qui se font de façon simultanées ». Toutefois, tout cela s’effectue en s’appuyant sur certains critères objectifs : « Les critères qui ont prévalu pour cette phase de régularisation des situations administratives, c’est les critères de présalaire et de corps de métier spécifique », a-t-il ajouté comme précision.

Il faut enfin souligner que les régularisations des situations administratives des agents de l’Etat participent à l’action du Président Ali Bongo Ondimba qui vise la modernisation et l’efficacité de l’administration publique.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici