Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) lui doit en partie ses dernières victoires politiques dans la commune d’Oyem. Arrivé en troisième position avec 16% des voix aux dernières législatives, contre 30% pour le PDG, 21% pour l’opposition et avec 5 conseillers municipaux élus au premier arrondissement d’Oyem, contre 18 pour le PDG, 16 pour l’opposition, Fernand Angoué Obame menacerait de rompre son alliance avec ses alliés du Parti au pouvoir.

L’ancien candidat indépendant Fernand Angoué est celui grâce à qui le PDG a repris les rênes de la mairie de la commune d’Oyem, restée 20 années entre les mains de l’opposition. C’est encore grâce à son score honorable au premier tour de l’élection législative dans le premier arrondissement de la même commune que Jean-Marie Obame Ondo, candidat du Parti au pouvoir, a pu renverser celui de l’Union Nationale (UN) au second tour de l’élection. Pourtant rien ne va plus entre ce « faiseur de rois », comme l’appellent les Oyemois et ses amis du PDG.

Selon un de ses proches, le président de l’ONG « destin en main » menacerait de rompre son alliance avec le Parti d‘Ali Bongo. Il reprocherait aux cadres du PDG de ne pas respecter l’entente passée pendant la période électorale. A ce jour, « aucun autre cadre de la commune d’Oyem n’a été promu à un poste de responsabilité en dehors de ceux du Parti Démocratique Gabonais », lance-t-il à ses proches. Une situation qu’il n’entend plus supporter longtemps si aucune disposition n’est prise.

Comme pour donner un avertissement, l’équipe dirigeante de la mairie d’Oyem n’a pas pu valider le « Projet Grand Oyem » (PGO), porté par plusieurs hauts cadres de la ville, lors du récent conseil municipal, après que les conseillers municipaux de « destin en main » se sont désolidarisés du projet. Un véritable coup de massue pour les porteurs de ce projet finalement mort-né, pourtant annoncé à grandes pompes aux populations depuis plusieurs mois.

Au moment où 2023 approche à grands pas avec la tenue à la fois des prochaines élections présidentielles, législatives et locales, l’avenir du PDG dans la ville frondeuse pourrait se dessiner en pointillé si le président de l’ONG « destin en main », très présente sur le volet social dans la ville d’Oyem depuis plusieurs années, parvenait à concrétiser sa rupture avec le PDG comme confié à plusieurs de ses proches.

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici