Plus déterminée que jamais, la «Résistance gabonaise» entend aller au bout de ses actions, galvanisée par des leaders tel que l’ancien ministre Fabien Méré, pour qui la «désertion du pouvoir par le régime Bongo» n’est plus qu’une question de temps.

Cent trois semaines après le début des manifestations destinées à faire respecter le vote du peuple gabonais, mais aussi à «renverser le régime Bongo au pouvoir depuis plus de 50 ans déjà», la «Résistance gabonaise» ne semble pas prête à cesser ses rencontres sur la place du Trocadéro à Paris. C’est dans ce cadre que l’ancien avocat au barreau du Gabon a déclaré : «si le Gabon est en faillite, si le pays connait une situation extraordinaire jamais vécue, c’est parce que nous avons à la tête de notre Etat des médiocres, des minables, des criminels, des assassins qui ont mis le pays à terre et qui vont devoir dégager».

i24gabon soutient la lutte contre la violence et la consommation de substances illicites en milieu scolaire

Accusant le pouvoir de Libreville d’avoir «volé le vote des gabonais» lors de la dernière élection présidentielles, en «complicité» avec les institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI), l’Agence française de développement (AFD), cette collaboration incestueuse aurait contribué à plomber tous les secteurs d’activités du Gabon. «Au bout de cinq ans, après avoir déversé autant de millions d’euros sur le sol gabonais et pour lesquels nous ne voyons aucun résultat, celles-ci continuent à octroyer des prêts à un régime prédateur», a expliqué l’ancien ministre.

Appelant à une plus grande résistance, l’invité des résistants du Trocadéro a exhorté la diaspora gabonaise à ne pas céder au découragement car «les choses vont bon train et le régime d’Ali Bongo est sur le point de tomber», a-t-il déclaré.

Daisy Ntongono

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici