L’un des derniers arrivés dans le nébuleux secteur de transfert d’argent au Gabon, Express Union, opère dans le total mépris des droits de ses clients et ce, sous le regard laxiste du Ministère de l’Economie gabonais.

Installé au Gabon depuis 2009, avec 23 agences réparties dans tout le Gabon, Express Union dicte sa loi à ses clients sans se soucier des dispositions en vigueur dans le pays.

Nombreuses sont les plaintes enregistrées ici et là par les habitués de cet établissement. Selon certains clients, « il arrive assez souvent que pendant des journées entières, on soit incapable de faire des retraits dans toutes les agences. Partout où vous passez, on vous répond que seuls les envois sont possibles ». Un fait qui ne saurait s’expliquer au regard des missions d’un établissement de transfert de fonds.

Un autre client visiblement remonté, rencontré à l’agence de ladite société située en face de l’entrée de la première cité d’Angondje, dans la commune d’Akanda, se défoule: « ça fait des jours que j’ai reçu un mandat d’un million de francs CFA, les caissiers me renvoient d’agences en agences au prétexte qu’il n’y aurait pas suffisamment de fonds disponibles. Pourtant les gens affluent devant moi pour faire des envois ».

L’on comprend bien que l’affaire BR Sarl n’a pas servi de leçon au Ministère de l’Economie qui est sensé commettre des missions de contrôle dans l’ensemble des établissements financiers afin de s’assurer de leur viabilité et surtout du strict respect des réglementations en la matière.

À l’instar du cas de plusieurs sociétés qui opèrent au Gabon, Express Union bénéficie t-elle de la protection d’un baron du Pouvoir au point de violer en toute quiétude les droits de ses clients? Un réponse affirmative ne surprendrait personne.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici