L’économie gabonaise se porte bien et est performante dans les secteurs minier, bois et agricole. ©I24GABON

Selon le représentant résident de la Banque mondiale Marcos Paplowski-Ribiero, dans son article citant le bilan d’étape réalisé et publié par Yves Bourdillon dans les échos sur l’état de l’économie gabonaise, le représentant de la Banque mondiale affirme cependant que « l’économie gabonaise se porte mieux ».

Au regard des mesures mises en place depuis plus de dix ans dans la gestion de la chose publique, on est tenté de dire que désormais « les points sont mis sur les i ».

Grâce aux mesures courageuses prises par Ali Bongo Ondimba, le déficit public qui représentait un pourcentage de 6,6 est descendu désormais à 1%. Celui de la balance de paiement qui était de 10% en 2016 passe à 2,2% en 2019. Mieux, le Gabon a donc bénéficié d’une croissance de 1% l’année dernière table sur 3% cette année.

L’économie gabonaise, fortement dépendante de la rente pétrolière compte, grâce à la diversification, sur une meilleure gestion de la filière bois pour poursuivre sa relance économique. Des signaux intéressants qui ont conduit le Fonds Monétaire International (FMI), et la Banque africaine de développement (BAD), à faire plus d’attention à l’économie du Gabon dans ses efforts de relance de son économie.

Ce bilan est un diagnostic sans complaisance de la situation économique et sociale du Gabon, par secteur . Il nous permet certes, de constater l’état de délabrement généralisé du tissu économique mais aussi d’affirmer qu’au regard de ses potentialités, le Gabon a fait beaucoup d’effort pour l’expansion et la relance de son économie.

L’une des nouvelles qui apporte un peu plus d’éclairage sur les analyses économiques faites par certains experts du domaine et relayées par la presse en ligne et les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici