Le processus du bois à la ZERP de Nkok est gouverné par l’agence Tracer. © I24GABON

Alexander von Bismarck, le président de l’ONG Environmental Investigation Agency (EIA), a fait une visite à la zone économique à régime privilégié de NKOK ce jeudi 29 août 2019, assisté du ministre de la Forêt, Lee White. C’est une action qui rentre dans le cadre de l’amélioration de la traçabilité y compris la certification du bois au Gabon.

Le processus du bois à la ZERP de Nkok est gouverné par l’agence Tracer. Cette agence de gestion du bois gabonais est assistée par l’ONG Brainforest et FRMI. Brainforest veille à la bonne gouvernance en matière environnementale au Gabon, et FRMI est leader dans l’ingénierie forestière depuis 30 ans dans le bassin du Congo. L’ordre de certification des grumes locales a été impulsé par le président Ali Bongo Ondimba, suite au commerce démesuré de la richesse forestière, dont le scandale désastreux de l’exploitation du Kevazingo, une essence protégée en territoire national fait école en la matière.

L’agence Tracer Nkok a pour fonction le filtrage et la la comptabilisation de l’ensemble des grumes entrants à la ZERP de Nkok. Et aussi, d’assurer la traçabilité des grumes depuis leur point de départ c’est à dire la forêt, jusqu’à la destination finale qui est l’usine de transformation. Elle s’occupe aussi de la fourniture d’un appui technique et de la préparation des opérateurs économiques aux procédures dites « diligentes ».

Il faut toutefois noter que l’agence Tracer fonctionne depuis le 1 octobre 2018. « L’automatisation du bois se fait par enregistrement systématique de chaque chargement de grume qui rentre à Nkok. Tout ce qui rentre à Nkok par camion ou par train. Par rapport aux chiffres, on peut compter 50000 à 60000 mètres cubes qui rentrent chaque jours dans la ZERP de Nkok. Environ 50 fournisseurs de bois, forestiers et négociants ont été enregistrés dans le système tracer” , Explique Alexandre Westeel, coordinateur technique Tracer Nkok.

Par ailleurs, depuis 2013, l’Europe a interdit l’entrée sur son marché du bois non certifié «FLET». Le Gabon, l’un des principaux producteurs de bois tropicaux du continent, multiplie des initiatives pour encourager les acteurs de la filière à obtenir la certification de leur produit.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici