Prévue pour se tenir ce vendredi 10 août 2018, le juge constitutionnel a été obligé d’ajourner la cérémonie de prestation de serment des membres de la commission électorale suite aux requêtes contestant la nomination de certains.

La nomination des responsables des commissions électorales et leurs adjoints obéit à plusieurs critères. Au nombre desquels, l’importance d’être un haut cadre dans le secteur public ou privé et la nécessité de jouir d’une probité morale qui ne souffre d’aucune contestation. Des critères que semblent ne point remplir certains membres de cette commission électorale.

i24gabon soutient la lutte contre la violence et la consommation de substances illicites en milieu scolaire

«Il s’agit d’une dizaine de requêtes enregistrées par la Cour et qui contestent la nomination de certains membres de ces commissions électorales locales. Toute chose qui débouche sur l’impérieuse nécessité d’évacuer ce contentieux avant la prestation de serment», a déclaré la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsouo.

Un contentieux qui ne serait pas l’unique raison de ce report. Les décrets de nominations de certains membres du Centre Gabonais des Élections (CGE) ne seraient pas encore disponibles. Pour capitaliser cette journée, le juge constitutionnel a offert aux membres un séminaire de formation sur les missions des commissions électorales et sur la loi organique de la Cour constitutionnelle.

Un exposé fait aux différents membres sur la lourde responsabilité qui sera la leur: «Ne privilégiez pas l’appât du gain au détriment des missions qui vous sont assignées. Car de nombreuses sanctions pénales sont prévues pour ceux et celles qui n’auront pas été à la hauteur de la tâche qui leur sera confiée », a indiqué la présidente de la Cour.

Philippe Nzamba

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici