Rapport d'exécution budgétaire du 2ème trimestre de l'année 2019. © I24GABON

Le rapport d’exécution budgétaire du 2ème trimestre de l’année à été rendu public par le ministère de l’Economie des Finances et des Solidarités nationales, en début de cette deuxième semaine du mois de septembre 2019.  

D’après le bilan que révèle cette analyse, les ordonnancements sur les dépenses d’investissement ont atteint 47,9 milliards FCFA à fin juin 2019, sur une prévision annuelle de 381 milliards FCFA. Ce montant ordonnancé se répartit en 31,4 milliards FCFA sur ressources propres, 11,7 milliards FCFA au titre des prêts projets et 4,7 milliards FCFA pour les collectivités locales.

L’exécution des prêts projets sur financements extérieurs a atteint un taux de réalisation de 6%, soit une mobilisation de 11,7 milliards FCFA contre une prévision budgétaire de 183,6 milliards FCFA.

Ces décaissements ont été réalisés exclusivement auprès de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), de l’Agence française de développement (AFD), de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD)

L’exécution des opérations financières de l’Etat laisse apparaître un solde net déficitaire à 50,3 milliards FCFA, malgré l’excédent enregistré par les opérations du budget de l’Etat. Ce solde est toutefois moins prononcé que celui enregistré au premier trimestre 2018 qui était de -84,8 milliards FCFA.

Ce résultat laisse transparaître un resserrement de l’espace budgétaire induit par la chute des ressources propres en lien avec la crise observée depuis trois ans, malgré la légère reprise de l’activité économique.

Dans ce contexte et en vue de contenir les dépenses publiques dans les limites du programme, un accent particulier a été mis aussi bien sur le contrôle et la régulation de la dépense publique que sur la gestion prudente de la trésorerie.

Parallèlement, au-delà des performances enregistrées au premier trimestre 2019, dans la mobilisation des recettes, les administrations fiscales devront redoubler d’efforts en vue d’améliorer le rendement des impôts et taxes. Il faut noter que ces mesures devront être maintenues et renforcées tout au long de l’année.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici