« Gabonaises, Gabonais, mes chers compatriotes,

Je tiens tout d’abord à préciser aux uns et autres que je ne suis pas un spécialiste de la santé ou de l’administration gabonaise. Loin de moi une quelconque envie de leur apprendre leur travail que je respecte, mais en tant que leader du Mapane, il est de mon devoir de m’interroger, d’alerter et de proposer des solutions visant à mieux gérer la crise, car ensemble, nous arriverons.

Ainsi il y a près d’un mois, nous avions proposé le port obligatoire du masque anti-projection pour limiter la contamination par les personnes asymptomatiques et nous saluons le gouvernement qui a entendu notre appel et pris cette décision cruciale. Nous nous félicitons également du fait que les actions de sensibilisation que nous avons initiées soient largement relayées.

Cependant, cette décision a été un peu tardive et l’heure n’est pas au relâchement. Force est de constater que plusieurs pays européens qui comptabilisaient, comme le Gabon, seulement 100 cas cinq semaines après la confirmation du premier, ont dépassé la barre des 1000 cas huit à dix jours plus tard seulement. Tous les efforts doivent être renforcés dans notre pays.

Permettez-moi donc de révéler des failles observées sur la gestion de la crise COVID-19 dans notre pays, dans un souci de contribuer à l’effort général.

En tant qu’autodidacte dans ce domaine, mes expériences quant à la gestion des personnes au sein de mon foyer ou de mon organisation m’amènent à croire que la gestion de notre cité se doit d’être plus orthodoxe ; bien qu’ayant un nombre d’individus supérieur, elle doit être instinctive.

Ne dit-on pas que Gouverner c’est prévoir ?

« Notre inquiétude concerne la capacité annoncée de 1200 tests par jour, qui reste insuffisante par rapport à la taille de la population.»

Ainsi ayant scruté les différentes mesures du gouvernement ou du Copil-coronavirus, nous avons décelé plusieurs failles dans la gestion de la crise à savoir :

– La non-interpellation de toutes les personnes ayant pris le même vol que le patient zéro et les autres vols à la même période – cette annonce faite hier n’arrive-t-elle pas un peu tard, un mois après le dernier vol, quand on estime l’incubation maximale à 14 jours ?

– La prise de décision tardive quant au port de masque obligatoire malgré les multiples interpellations que nous avons faites.

– La mise en place d’un confinement partiel pendant trois semaines, sans en tirer profit pour se préparer à la mise en œuvre des mesures administratives et préventives de la maladie, telles que : la gratuité en eau et électricité, la distribution des kits alimentaires, les démarches entre les bailleurs et l’Etat, l’acquisition des masques afin de respecter la mesure sur le port de masque obligatoire.

– La gestion des laissez-passer pour les personnes autorisées à circuler, qui semblent étonnamment nombreuses au regard de la fréquentation actuelle des rues.

Et j’en passe.

« Il faut agir très vite. Le confinement de longue durée ne sera pas viable pour notre pays. »

Ceci entraîne un mécontentement croissant dans le Mapane, malgré toutes les mesures de soutien annoncées par le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E. Ali Bongo Ondimba. Il est plus qu’urgent de trouver des solutions durables, car le Mapane et le pays tout entier ne pourront pas supporter un confinement de plusieurs semaines ou même plusieurs mois, au cas où il devrait être prolongé. Cette solution empruntée à la Chine et aux pays occidentaux est inadaptée aux réalités sociales de notre pays. Reconnaissons-le.

Nous connaissons les réalités des quartiers sous intégrés et leurs modes de fonctionnement. Le besoin de sortir pour pallier le manque de nourriture lié à la perte des revenus déjà irréguliers, le besoin de s’approvisionner en eau, les logements saturés et surchauffés, les inondations nombreuses en cette saison des pluies est bien réel. N’oublions pas que pendant ce confinement, les forces de l’ordre ne sont plus très actives dans la lutte contre le banditisme. La faim dans le Mapane pourrait amener nos délinquants à changer leurs modes opératoires et certainement à accéder aux concessions privées.

Je peux vous affirmer que le confinement n’est pas tenable pour beaucoup d’entre nous, même si pour des raisons de santé publique, nous sommes obligés de le subir. Nous allons rapidement nous heurter à certaines réalités que malheureusement nous n’ignorons pas.

Le Gabon ne peut pas avancer à l’aveuglette pour décider de confiner ou déconfiner sa population, tant que l’on ne sait pas quel est le niveau de circulation silencieuse du virus. La mise en œuvre des dépistages massifs réguliers, combinés au respect des gestes barrières et du port du masque, doit permettre de confiner de façon ciblée les personnes à risque et contaminées, pour pouvoir autoriser le plus tôt possible la majorité de nos concitoyens à reprendre leurs activités et à nourrir leurs familles.

Le 16 mars, l’OMS a délivré un « message simple pour tous les pays qui est : testez, testez, testez ». Le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E. Ali Bongo Ondimba a réagi rapidement en annonçant le 3 avril dernier un dépistage massif de la population gabonaise. La disponibilité de plus de 200 000 tests de dépistage et le démarrage effectif du dépistage dès ce vendredi 17 avril ont été confirmés par le gouvernement.

« Les capacités humaines et matériels de notre pays, ainsi que la pénurie mondiale de réactifs à cause de la forte demande, doivent être prises en compte pour fixer des objectifs réalistes pour le dépistage massif.»

Néanmoins, notre inquiétude concerne la capacité annoncée de 1200 tests par jour, qui reste insuffisante par rapport à la taille de la population. A titre de comparaison, la Corée du sud a mis en place très tôt une capacité de 20 000 tests par jour, tandis que l’Allemagne annonce une capacité de 200 000 tests par jour. Les résultats sont plus que probants. La Corée du sud n’a jamais confiné sa population, qui a même pu participer massivement aux élections législatives le 15 avril. L’Allemagne fait figure d’exemple en Europe et amorce un déconfinement progressif, pendant que ses voisins ont annoncé un deuxième mois de confinement qui asphyxie leurs économies et leurs populations.

Les capacités humaines et matériels de notre pays, ainsi que la pénurie mondiale de réactifs à cause de la forte demande, doivent être prises en compte pour fixer des objectifs réalistes pour le dépistage massif. Chaque série de tests nécessite plusieurs heures sur une machine à PCR donc la capacité par jour est plafonnée par le nombre de machines, multiplié par la durée d’une PCR. C’est pourquoi plusieurs chercheurs ont proposé d’effectuer des dépistages groupés (group testing ou pool testing en anglais). L’idée est très simple : dix échantillons sont regroupés dans un seul tube avant de procéder à un seul test. Si le résultat du test est négatif, les dix personnes sont déclarées négatives. Si le résultat du test est positif, des tests supplémentaires sont réalisés afin d’identifier l’échantillon positif. Le gain en termes de temps et de réactifs est considérable [1,2].

Plusieurs études ont déjà montré que le dépistage groupé n’affecte pas la sensibilité du test de dépistage du Covid-19, c’est-à-dire sa capacité à détecter un échantillon positif dans le groupe [3,4,5]. Cette technique a déjà été mise en œuvre dans plusieurs pays, notamment en Corée du sud, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Israël. En prenant exemple sur les gains d’efficacité obtenus par ces pays [6,7], le Gabon pourrait atteindre une capacité de 5000 à 12 000 tests par jour, sans surcoût financier et avec la même quantité de tests disponibles.

Je laisse le soin aux experts scientifiques de déterminer les modalités de dépistage groupé les plus efficaces pour le Gabon, sur la base des données scientifiques récentes [8,9,10,11,12], mais j’appelle vivement le gouvernement à examiner soigneusement la faisabilité de cette approche.

Il faut agir très vite. Le confinement de longue durée ne sera pas viable pour notre pays. Le Gabon peut encore, s’il réagit très vite, circonscrire le virus, mais chaque jour passé à tergiverser avant de prendre des mesures fait gagner du terrain au virus et diminue nos chances d’éviter que la situation n’empire.

Certes le corps est faible, mais unis, nous serons, unis nous vaincrons !

Gabon d’abord.

Que Dieu bénisse notre pays et le protège de tous dérapages en relation avec cette pandémie.

Je vous remercie

La Révolution viendra du Mapane !

Gaël Koumba Ayouné

Président du Rassemblement des Jeunes Patriotes Gabonais (RJPG)

Général des Mapanes

[1] Gollier, C., & Gossner, O. (2020). Group Testing against COVID-19 (No. 2020. Covid Economics, vol. 1, n. 2, April 2020, pp. 32–42.

[2] Mentus, C., Romeo, M., & DiPaola, C. (2020). Analysis and Applications of Non-Adaptive and Adaptive Group Testing Methods for COVID-19. medRxiv. 2020.04.05.20050245.

[3] Yelin, Idan, et al. (2020) « Evaluation of COVID-19 RT-qPCR test in multi-sample pools. » MedRxiv 2020.03.26.20039438.

[4] Theagarajan L.N. (2020) Group Testing for COVID-19: How to Stop Worrying and Test More. arXiv:2004.06306v2 15 April 2020.

[5] Yelin, Idan, et al. (2020). Evaluation of COVID-19 RT-qPCR test in multi-sample pools. medRxiv 2020.03.26.20039438.

[6] Courrier international, 11/04/2020. https://www.courrierinternational.com/article/depistage-tester-dix-personnes-en-meme-temps-la-derniere-innovation-de-la-coree-du-sud

[7] Goethe University, 30 March 2020. https://aktuelles.uni-frankfurt.de/englisch/pool-testing-of-sars-cov-02-samples-increases-worldwide-test-capacities-many-times-over/

[8] Eberhardt JN et al. (2020). Multi-stage group testing optimizes COVID-19 mass population testing. medRxiv 2020.04.10.20061176.

[9] Bergel, I. (2020). Variable pool testing for infection spread estimation. arXiv preprint arXiv:2004.03322.

[10] Narayanan, Krishna, et al. (2020) « Pooling RT-PCR or NGS samples has the potential to cost-effectively generate estimates of COVID-19 prevalence in resource limited environments. » medRxiv 2020.04.03.20051995

[11] Shani-Narkiss, H., Gilday, O. D., Yayon, N., & Landau, I. D. (2020). Efficient and Practical Sample Pooling High-Throughput PCR Diagnosis of COVID-19. medRxiv. 2020.03.27.20043968.

[12] Sinnott-Armstrong, N., Klein, D., & Hickey, B. (2020). Evaluation of Group Testing for SARS-CoV-2 RNA. medRxiv. 2020.03.27.20043968. »

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici