Réunis en plénière ce mercredi 25 septembre, les membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ont produit, à l’intention des décideurs politiques, un rapport relatif aux conflits Homme/Faune sauvage, au sein duquel ils recommandent la réaffirmation de la supériorité de l’Homme face à l’animal.

Porter un regard analytique et critique sur les conflits Homme/Faune sauvage qui ne cessent de prendre des proportions inquiétantes dans notre pays, tel a été le cadre de travail de la récente plénière du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Réunis aux termes de 21 jours des travaux préliminaires, les Conseillers économiques, sociaux et environnementaux vont pondre un document de 28 pages titré « Projet d’avis relatif aux conflits Homme/Faune sauvage : Approche critique et analytique ».

Commis à l’intention des décideurs politiques, ce rapport structuré en six parties consacre bon nombre de recommandations, dont l’une porte essentiellement sur le statut de l’Homme face à l’animal.

« Le CESE recommande fortement que les fonds levés auprès de la communauté internationale, au titre des dividendes relatifs à la protection de l’environnement et la préservation de la biodiversité, soient retranscrits dans la loi des finances. Le CESE recommande au gouvernement d’élaborer des politiques environnementales plus soucieuses de la dimension sociale, réaffirmant ainsi la supériorité de l’Homme face à l’animal », a indiqué dans sa lecture, le rapporteur de la séance, Vincent Moutandou.

Précisément, ce texte sera soumis au président de l’Assemblée nationale, au président du Sénat et au chef du gouvernement.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici