Le mardi 16 juillet 2019, la Directrice Générale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a convié les représentants des bureaux des principaux syndicats, collectifs et associations des retraités des secteurs publics et parapublics a une séance de travail. Occasion pour Nicole Assélé d’édifier ces derniers sur les mesures d’accompagnement liées à la mise en route du paiement au trimestre des pensions.

Au cours de cette rencontre, les syndicalistes, associations des retraités et la direction générale de la CNSS ont échangé sur la nécessité du retour au paiement trimestriel des pensions et les mesures d’accompagnement mises en place pour préserver l’équilibre sociale des retraités.

Visiblement satisfaits, les rétraités n’ont pas caché leur soulagement au sortir de la rencontre. François Nzamba Nzamba, un ingénieur à la retraite s’exprime: « Nous sommes à la fois contents et surpris de la rigueur avec laquelle le Directeur Général a traité nos doléances, en mettant en place un vaste programme d’accompagnement sociale. Aujourd’hui, nous savons surtout que l’énorme dette de l’État gabonais et des entreprises privées ne permet plus à la CNSS de remplir ses missions régaliennes et espérons vivement que le gouvernement fasse son travail pour qu’une solution pérenne soit trouvée », a-t-il confié.

Justement, selon nos informations, le gouvernement à travers son ministre de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales Roger Owono Mba semble ne pas être disposé à accompagner la CNSS vers une sortie de crise.

Malgré la solution palliative trouvée par Nicole Assélé, le recouvrement de la dette reste vitale. Difficile de dire avec exactitude combien de temps va durer le répit des retraités.

La CNSS ne tiendra pas longtemps sans le recouvrement de sa dette. Surtout celle de l’État gabonais. Une dette de plusieurs centaines de milliards FCFA. Roger Owono Mba le sait, tant il est à la fois ministre de tutelle de la CNSS et du comptable public.

Au moment où cette crise semble trouver un dénouement partiel avec les efforts consentis par la direction générale de la CNSS et que la part de responsabilité de l’État est clairement établie, l’avenir des retraités est désormais entre les mains du ministre de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales qui, à en croire nos sources refuserait à régler la dette de l’État.

Patrick Montalier

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici